Mark Kozelek & Sean Yeaton – Yellow Kitchen

Il n’y a pas que King Gizzard & The Lizard Wizard qui se lance des défis à sortir pleins d’albums cette année, il y a bien évidemment ce pitre de Mark Kozelek. Depuis le début de l’année, cet enfoiré nous farcit de sorties en tous genres comme le très long nouvel album de Sun Kil Moon (dont la chronique n’est pas encore terminée à l’heure actuelle…) mais aussi le second album collaboratif avec Jesu/Sun Kil Moon paru en mai dernier (qui contient le morceau-clash de très très très mauvais goût contre Michael Jackson). Voilà qu’il s’allie avec le bassiste de Parquet Courts, Sean Yeaton, pour un AUTRE album collaboratif intitulé Yellow Kitchen.

Composé de six titres, cet album du duo ira flirter entre indie folk et musique expérimentale avec toujours le flegme légendaire et les récits toujours aussi improbables de Mark Kozelek nous racontant ce qu’il a vécu lors de cette soirée d’élection américaine sur l’introduction spatiale « Time To Destination » en soulignant au passage qu’il n’écrit plus de la même manière qu’en 1992 ou se remémore ses meilleurs souvenirs de Noël sur la composition intrigante de « No Christmas Like This ». Fort heureusement, il sait nous prouver qu’il possède toujours un cœur malgré son caractère de vieux con aigri avec les romantiques « I’m Still In Love With You » et « The Reasons I Love You » qui figurent parmi les pièces les plus accessibles de cet album. Avec les instrumentations expérimentales que nous concoctent Sean Yeaton, on atteint les sommets de l’avant-gardisme qui n’est pas toujours compris, que ce soit sur « Somebody’s Favorite Song » ou le clou du spectacle, les 12 longues minutes de « Daffodils » où l’on passe d’une ambiance à une autre où ce bon vieux Mark alterne chant, hurlement et, aussi incroyable que ça puisse paraître, cris d’animaux (???) ainsi que spoken-word sur la toute fin où il lit les dernières pages de son journal intime.

Même si il a l’habitude des albums collaboratifs, ce Yellow Kitchen tombe un peu comme un cheveu sous la soupe. On appréciera tout de même le fait qu’il veuille essayer de nouvelles voies à ce stade de sa carrière et qu’il possède encore de la ressource mais c’est tout simplement too much. Mais peu importe pour lui, il va récidiver à la rentrée avec ENCORE UN AUTRE putain d’album collaboratif avec cette fois-ci Ben Boye et Jim White pour les prochains mois. Faudra peut-être songer à ralentir la cadence Mark, tu ne trouves pas ?

Note: 6/10

https://open.spotify.com/embed?uri=spotify:album:2lmkH9UoCkRfLPPcy1gGst

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s