Boris – W

La raison pour laquelle il n’y avait pas de chroniques au sujet de Boris est tout simplement dû au fait que cela ne rentrait pas dans mon édito. Toutefois, je respecte totalement le parcours impressionnant du groupe japonais qui reste présent depuis maintenant trois décennies. Quoi qu’il en soit, je fus agréablement surpris de leur dernier album paru il y a quelques jours de cela du nom de W.

Contrairement à leur prédécesseur No paru en 2020 qui fut remarquable pour ses influences hardcore et metal, W viendra appuyer sur la pédale douce. Boris opte pour la force tranquille et cela s’entend parfaitement dès l’entrée en matière nommée « I Want To Go To The Side Where You Can Touch… »  où ils viendront s’aventurer auprès des territoires dignes de My Bloody Valentine avant de monter en puissance afin de devenir plus oppressant. La voix vaporeuse de Wata continue de flotter sur des compositions plus éthérées mais toujours aussi sombres et torturées que sont « Icelina » rappelant Portishead par moments ou encore « Drowning By Numbers » allant du côté de Cocteau Twins.

Bien entendu, la grosse colère n’est pas bien lointaine avec les ascensions drone-metal de l’étouffant « The Fallen ». Boris saura allier ces deux extrêmes avec soin, que ce soit sur « Beyond Good and Evil » et « You Will Know (Ohayo Version) » qui font cohabiter dream-pop et shoegaze éthéré et tempêtes drone-metal époustouflantes. Le trio japonais continue de se renouveler afin de mieux nous surprendre et ce en trente années d’activité.

Note: 7.5/10