BRNS – Sugar High

Avec le succès de leurs deux premiers albums Wounded en 2012 et Patine en 2014, BRNS s’est facilement imposé sur le paysage indie rock belge. Apparu dans la seconde vague avec Balthazar, le quatuor mené de main par Timothée Philippe n’a décidément plus rien à prouver étant donné leur statut car les voilà qu’ils présentent leur troisième disque Sugar High où ils décident de passer à l’étape supérieure, faisant suite à leur EP Holidays paru quelques mois plus tôt.

Comptant dans son line-up les talents de Lucile Marsaud, BRNS ira creuser de nouveaux sillons sur Sugar High afin de rendre sa musique plus inventive que jamais. « The Rumor » ouvre le bal de façon rageur et conventionnel digne de l’univers musical du groupe belge tout comme « Ishtar » avant de laisser libre cours aux expérimentations avec les synthés mises en avant du groovy « Pious Platitudes » ou de l’hypnotique et alarmiste « The Missing » et de l’embrumé et méditatif « Damn Right ». Nul doute qu’ils vont déboussoler leur auditeur avec leur volonté d’expérimenter mais c’est à prendre ou à laisser comme on dit bien souvent.

Tour à tour noisy sur « Encounter » ou labyrinthique sur le dissonant « Sarah » et le convulsif et recherché « Encounter », ils laissent parler leurs idées novatrices en premier lieu. Et cette musique inventive et sonique atteint des sommets de créativité avec le final « So Close » contenant une intro au xylophone avant de laisser libre cours à leur imagination rock brut où toute déflagration est la bienvenue. Avec Sugar High, BRNS affiche un nouveau palier à leur musique qui se veut plus complexe et plus ingénieuse qu’auparavant et avec leur réputation scénique, on sent que ça va faire du mal. On imaginera un prochain album avec plus d’âme et d’émotion vu que le groupe est bien parti.

Note: 8/10

https://open.spotify.com/embed/album/6IGtepTiNh7sG7UwDWDO16