Wolf Parade – Cry Cry Cry

Après Broken Social Scene cette année avec leur formidable nouvel album, c’est au tour de Wolf Parade de se réunir cette année. Le quatuor montréalais avait annoncé son grand retour l’année dernière via le biais d’un EP. Voyant sa fanbase toujours aussi fidèle, il était temps de rempiler pour un opus et nos voeux sont exaucés car voici venir Cry Cry Cry, leur quatrième livraison à ce jour.

Les principaux cerveaux du quatuor Spencer Krug et Dan Boeckner ont décidé de se remettre dans le bain et de redonner exactement ce que les fans orphelins attendaient: du Wolf Parade pur jus version 2017. Et très vite, ça démarre fort avec l’introduction pop digne de Ghinzu nommée « Lazarus Online » avec ses guitares et son piano qui s’unissent parfaitement bien sans oublier les influences post-punk qui ont fait leur réputation comme « You’re Dreaming », « Valley Boy » qui est un hommage au regretté Leonard Cohen et « Incantation ».

Le tandem chic et choc a retrouvé son inspiration d’antan et nous sert avec ses deux autres comparses Arlen Thompson et Dante DeCaro une succession de tubes indie rock rafraîchissants à l’image de « Weaponized », « Artificial Life et « Am I An Alien Here ». Et au milieu de tout ce joyeux bordel résonne un thème particulier: les infâmes élections américaines de l’année dernière qui furent difficiles pour tout le monde et surtout pour Wolf Parade qui n’hésite pas à placer de bonnes piques bien cinglantes envers le mec orange sur le final bien senti « King Of Piss and Paper ». Quoi qu’il en soit, ça fait du bien de retrouver le quatuor de Montréal à travers ce quatrième opus qui fait plus parler les synthés que les guitares. Et sinon, la réunion de Stills, so comman ?

Note: 8/10