Bombino – Azel

BOMBINO_Azel_1500x1500

En deux albums, Bombino est devenu la star du blues-rock touareg. Le chanteur et guitariste virtuose nigérian impressionne pour ses jeux de guitare envoûtants et ses compositions qui font voyager et ça s’entend sur Agadez en 2011 et sur Nomad en 2013. Trois ans plus tard, Omara Moctar de son vrai nom nous prouve qu’il a encore du fil à retordre avec un troisième album Azel qui a de quoi nous faire penser qu’il s’agit de son meilleur opus à ce jour.

Décidément, Bombino attire le mouvement indie. Après le cinéaste Ron Wyman pour Agadez et Dan Auerbach pour Nomad, c’est au tour de Dave Longstreth de Dirty Projectors de s’atteler à la production pour ce troisième opus. Azel nous ramène à nouveau dans le désert touareg avec les flamboyants « Akhar Zaman (This Moment) », « Iwaranagh (We Must) », « Timidiwa (Friendship) » et « Tamiditine Tarhanam (My Love, I Tell You) » où on se laisse facilement emporter par les rythmiques dansantes, les épopées guitaristiques ainsi que la voix en retrait du virtuose.

C’est surtout la première fois que Bombino tente de nouvelles choses en s’essayant en acoustique sur les envoûtants « Inar (If You Know The Degree Of My Love For You) », « Ashuhada (Martyrs Of The First Rebellion) », « Igmayagh Dum (My Lover) » « Naqqim Dagh Timshar (We Are Left In This Abandoned Place) » avec ses percussions et ses claquements de main ou en s’ouvrant à de nouvelles influences musicales comme sur le génial « Timtar (Memories) » qui incorpore des sonorités reggae one-drop. Le tandem Moctar/Longstreth nous réserve son lot de surprise tout au long d’Azel et on ne s’ennuie jamais notamment sur la pièce centrale qu’est « Iyat Ninhaw / Jaguar » avec son long solo de guitare qui amorce une rythmique plus endiablée vers la fin.

Donc oui, Azel est tout simplement le meilleur album de Bombino car plus diversifié et divertissant. On sent que le virtuose a parfaitement trouvé sa voie et montre qu’il est un des musiciens les plus respectés de la scène blues-rock touareg grâce à sa palette sonique détonnante.

Note: 9/10

3 commentaires sur “Bombino – Azel

  1. Merci pour ce bel article sur ce héro, qui ne joue pas seulement, mais qui transmet un message et porte sa culture en étendard dans les notes de sa guitare…
    La culture des Hommes libres « Imazighen », un message de paix, d’amitié « Imidiwan », d’amour, « Tamiditine », du souvenir « Timtar » et du désert « Ténéré ».
    Mais, si vous me permettez, Bombino est NigériEn, il vient du Niger.
    Et son album Agamgam sorti en 2004, est entièrement acoustique…
    Enregistré en plein désert, on y retrouve le bruit du vent, l’atmosphère d’une soirée dans le désert.
    J’en frissonne.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s