Melanie de Biasio – Lillies

C’était il y a dix ans, Mélanie de Biasio fut révélée au grand public avec son premier album A Stomach Is Burning avec un enjeu particulier centré sur sa santé. Mais il n’en est rien car la demoiselle est devenue un grand nom de la scène jazz du moment avec une discographie qui vaut vraiment le coup de se pencher dont son dernier EP No Take en 2013. Mais cette année, voilà qu’elle fait son grand retour avec l’impressionnant Lilies.

Partagé entre jazz, blues, soul et trip-hop, la chanteuse de Charleroi continue à bouleverser son auditeur avec son interprétation qui fait froid dans le dos sur des morceaux bouleversants et intrigants à l’image de « Your Freedom Is The End Of Me » aux tristes notes de piano mais également le délicat « Gold Junkies » qui a de quoi faire penser aux ambiances du mythique Out Of Season de Beth Gibbons et Rustin Man et l’hypnotique « Let Me Love You ».

Evidemment, il y a de quoi penser à du Agnes Obel dans sa manière d’être mais Melanie de Biasio possède plus de retenue que ce soit sur les ballades piano-voix larmoyantes comme « Lilies » ou des essais plus obscurs et minimalistes avec « Brother » et « Afro Blue » sans oublier sa conclusion bien expérimentale et renversante qu’est « And My Heart Goes On ». Oui, Lilies est impressionnant tant on laisse bouche bée par tant de grâce et tant d’imagination à travers ce disque sensible et chavirant, où Nina Simone rencontre Portishead. Dix ans après son premier album, elle nous prouve qu’elle a encore son mot à dire.

Note: 9/10