Temples – Volcano

On a unanimement salué Sun Structures, le premier album de Temples qui est un des disques de rock psychédélique britannique les plus réjouissants de 2014. Même si les détracteurs s’acharneront à les comparer à une pale copie de Tame Impala, rien ne pourra empêcher le groupe de Kettering de briller. Il faudra attendre 3 ans pour avoir une suite à Sun Structures: voici venir Volcano, leur second opus.

Toujours produit par James Bagshaw, le chanteur du groupe, Temples continue à explorer les mélodies psychédéliques et colorées mais avec les synthés mis en avant cette fois-ci. Impossible de ne pas acquiescer sur l’incroyable premier single « Certainty » qui ouvre l’opus avec ses claviers trop féeriques tout comme sur les rétro-futuristes et aériens « All Join In », « Strange Or Be Forgotten » et « In My Pocket » aux sonorités eighties et le falsetto quelque peu risible de James Bagshaw. Bien évidemment, l’ombre de Sun Structures n’est pas bien lointain avec les excellents « (I Want To Be) Your Mirror » où les riffs de guitare psyché reviennent en force et ses constructions templesiennes qui ont fait leur renommée.

On pourra faire un rapprochement entre Currents et Volcano à cause de l’abondance des claviers au détriment des guitares. Et ce sont des hymnes estivaux et synthétiques de « Oh The Saviour » quasi-Bowie dans l’âme et « Born In The Sunset » qui vont nous confirmer cette nouvelle tendance qui leur va plutôt comme un gant. Les Britanniques ralentissent également la cadence avec des ballades sucrées et presque religieuses comme l’obscur « How Would You Like To Go ? » pour un peu plus de douceur dans ce monde de brutes. Et n’oublions pas non plus les introductions majestueuses de « Celebration » et de « Open Air » qui auraient mérité l’absence de James Bagshaw, montrant qu’ils restent de grands musiciens en devenir comme en témoigne les rythmes martelés de « Roman God-Like Man » mettant la batterie au premier plan ou encore le complètement décalé mais addictif « Mystery Of Pop » qui laissera personne indifférent.

Temples a plutôt bien assuré la transition entre Sun Structures et ce second opus, même si son grand frère a tout de même placé la barre très haute. Le quatuor britannique montre toutefois qu’ils sont les nouveaux monstres sacrés du rock psychédélique locale et qu’ils sont loin d’être une redite vulgaire du célèbre groupe australien cité plus haut avec des mélodies addictives et osées qui se révèlent sans cesse au jour le jour.

Note: 8/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s