Big Thief – Capacity

L’année dernière, nous avons fait connaissance avec l’un des meilleurs groupes indie rock de Brooklyn de 2016 nommé Big Thief avec leur très bien nommé Masterpiece ici. Adrianne Lenker et sa clique nous ont épaté avec leur musique incisive et instinctive ainsi que les textes autobiographiques de la chanteuse et guitariste. Et ils ne comptent pas s’arrêter car ils dévoilent le deuxième volet de leurs aventures intitulé Capacity. Et quelque chose me laisse à penser qu’ils se sont surpassés.

Pour être plus clair, ce nouvel opus a été enregistré quelques mois après avoir mis en boîte leur Masterpiece, ce qui en résulte d’une suite logique. On continue à feuilleter les souvenirs réalistes et pas toujours gais d’Adrianne Lenker à travers des titres folk-rock somptueux comme « Pretty Things » qui ouvre le bal avec la voix poignante de la new-yorkaise soutenue par une guitare acoustique, sans oublier « Shark Smile » et son faux départ électrique ainsi que les ritournelles aériennes de « Watering », « Coma » et « Great White Shark ».

Durant ces onze morceaux, Adrianne Lenker ressasse sa jeunesse et son adolescence, comme elle a pu le faire sur l’album précédent. Mais cette fois-ci, cette introspection est centrée sur sa mère (photographiée sur la pochette) qui fut maman adolescente et elle est clairement référencée sur l’excellent « Mythological Beauty » (« There is a child inside you who is trying to raise the child in me » […] “I was just five and you were twenty-seven Praying, ‘Don’t let my baby die' ») mais aussi sur sa meilleure amie à laquelle elle lui rend hommage sur la ballade au piano intitulée « Mary ». Sa plume est exercée comme un exutoire, une thérapie et elle en a fait un très bon usage pour nous offrir un sublime album comportant des œuvres folk taillés sur mesure comme « Haley » et d’autres plus indie rock avec « Objects » et « Black Diamonds » renfermant l’opus de façon grandiose.

Vous l’aurez compris, le Capacity fonctionne un peu comme le calme après la tempête que fut Masterpiece. Plus assagi musicalement, la plume d’Adrianne Lenker est plus touchante et personnelle que jamais et c’est ce qui caractérise le style de Big Thief. Celui d’un groupe de Brooklyn bien parti pour enchaîner chef-d’oeuvre après chef-d’oeuvre et qui sait qui pourra les stopper.

Note: 10/10

https://open.spotify.com/embed?uri=spotify:album:2hOYLjoRQFXcdviMiwtgxe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s