Pendentif – Vertige Exhaussé

En 2013, Pendentif avait fait parler d’eux avec leur premier album intitulé Mafia Douce qui leur a placé au piédestal du top de la pop française de cette décennie. Cependant, le groupe bordelais connaîtra un léger relifting au niveau du line-up avec Cindy Callède qui quitte le groupe pendant la tournée et qui est remplacée par Julia Jean-Baptiste. Désormais un trio (car Ariel Timtar a également quitté l’aventure pour se lancer dans une nouvelle aventure solo), les voici définitivement de retour avec leur second opus intitulé Vertige Exhaussé.

Et rassurez-vous, Pendentif n’a pas perdu de sa verve avec ce nouveau line-up, bien au contraire. Ce second opus permettra d’effectuer une piqûre de rappel par rapport à leur électro-pop aérien, organique et organique avec leur premier morceau qui met la barre très haute. La suite est bien loin d’être déplaisante avec le suave « Vas-y fais le vite » où les voix de Julia Jean-Baptiste et de Benoît Lambin se mélangent à merveille ainsi que « Au-delà » et le très pop « L’originel ».

Vertige Exhaussé met en scène un paysage qui montre ses formes et ses couleurs et bien entendu Pendentif arrive à mettre en musique cette trame de façon cohérente. Allant au-delà de la musique, on se laissera guider par des moments plus enlevés tels que « Etrange » orientés vers la house des années 1990 et le tube évident qu’est « Bleu Cobalt » énormément influencé par la techno berlinoise des années 1980 et d’autres plus laid-back et éthérés avec « La Couleuvre » et « Armes égales » qui montrent un tandem à l’alchimie indéniable. N’oublions pas non plus les sonorités de Mafia Douce qui reviennent sur « Saphir » pour les plus nostalgiques d’entre nous.

Il ne fait aucun doute que Vertige Exhaussé ait réellement placé la barre haute en ce début d’année. Pensé comme étant une oeuvre audiovisuelle, Pendentif a tissé une magnifique toile aussi bien voyageuse que sensuelle où le trio bordelais continue à creuser son sillon électro-pop.

Note: 8.5/10