Charles Howl – My Idol Family

En début d’année, nous avons été séduit par le dernier album de Proper Ornaments intitulé Foxhole (chroniqué ici). Ce que James Hoare, Max Oscarnold mais encore Charles Howl savent faire de mieux, c’est de nous présenter des morceaux indie pop vintage nostalgiques et douces-amères. Et c’est justement ce dernier qui nous intéresse car voilà qu’il récidive avec son second opus My Idol Family qui fait suite à Sir Vices en 2015.

Charles Howl a décidé de poser ses valises à Amsterdam pour plancher sur son nouvel album avec l’aide de Bobby Syme qui officie à la production. Il en ressort un disque sympathique et agréable avec des morceaux pop par milliers avec les définitivement détendus « Death of Print » avec ses chœurs éthérés ajoutant une plus-value mais aussi « Meet Lou’s Needs », « Goodbye Sleep » et le plus rock « John Albarn » simples mais efficaces.

Au milieu des perles doucement psychédéliques comme le plus sombre « Red Girls », « American Boy » (qui n’est pas une reprise d’Estelle) mais également la conclusion nommée « She’s Throwing Up » offrant une autre dynamique avec l’implantation des cordes, on peut être agréablement surpris par de bonnes trouvailles comme l’instrumental « Fla Da Da » aux envolées inventives et tranchantes. Au final, rien de neuf sous le soleil, Charles Howl respecte les codes qu’a fixé The Proper Ornaments même si on aurait aimé une réelle prise de risque sur ce My Idol Family.

Note: 7/10