Nap Eyes – Snapshot Of A Beginner

En l’espace de trois albums, Nap Eyes a su s’imposer avec leur mélange d’indie folk et alternative country pour un résultat toujours aussi attachant. On avait laissé le quatuor néo-écossais avec un I’m Bad Now des plus irrésistibles (chroniqué ici) les montrant à la hauteur de leurs inspirations. Pourtant, le groupe monte encore en grade avec leur successeur nommé Snapshot of a Beginner.

Nigel Chapman et ses sbires reviennent avec un disque assumant définitivement leurs influences. Et cela s’entend avec des arrangements beaucoup plus poussés et beaucoup plus organiques qu’à l’accoutumée sur « So Tired » qui ouvre les hostilités comme il se doit mais également « Even Though I Can’t Read Your Mind » et « Fool Thinking Ways » montrant de plus des textes plus affûtés et plus confiants de son auteur. Troquant les influences folk et alt-country pour des allures psychédéliques, Nap Eyes se renouvelle et rayonne sur « Primordial Soup » et « Mark Zuckerberg ».

Snapshot of a Begineer voit donc Nap Eyes sous un nouveau jour. Le quatuor néo-écossais qui est en quête de liberté individuelle a su développer sa créativité une bonne fois pour toutes avec « Mystery Calling » et « Real Thoughts » résolument entraînants. En traçant des routes plus slacker et sous une lucidité nouvelle comme sur « Dear Link » et sur le final nomme « Though I Wish I Could », le quatrième disque des néo-écossais les voit plus conquérants et plus puissants que jamais avec cette harmonie nouvelle.

Note: 8.5/10