The Soundcarriers – Wilds

À l’heure où l’on pensait que The Soundcarriers n’était que de l’histoire ancienne, voilà qu’ils font leur retour en ce début d’année. Le quatuor venant tout droit de Nottingham n’avait plus donné signe de vie depuis l’année 2014 avec leur disque Entropicalia. Après sept années et demi de silence radio, les voici de retour en pleine forme avec leur nouvel album nommé Wilds.

Considéré comme étant les ambassadeurs du courant hantologiste musical, The Soundcarriers reprend les bonnes habitudes avec cette pop psychédélique cinématographique pour la moins cinématographique. Bien évidemment, les spectres de David Axelrod et de Joe Meek continuent de planer tout au long sur des compositions résolument 60’s-70’s à l’image du titre d’ouverture nommé « Waves » avec une flûte et une orgue donnant le ton sur des rythmiques ahurissantes avant d’enchaîner avec le plus exotique « At The Time » par exemple.

Bien entendu, la personnalité de The Soundcarriers arrive à se dégager sur ce nouvel album. Faisant abstraction des textes, c’est bien entendu la musique qui est le moteur principal de Waves avec notamment la pop tantôt nourrie de funk (« Driver ») tantôt ombrageuse (« All These Sings »). Et lorsque cette ambiance sombre et dense se dissipe, cela donne naissance à quelques moments d’exception avec l’éthéré « Saturate » rappelant la grâce de The Ronettes si elle n’évoque pas Broadcast ou Vanishing Twin.

Wilds ira s’achever sur une note plus introspective avec « Happens Too Soon » prouvant que The Soundcarriers pourra récupérer leur trône de sitôt. Comme quoi, leur grand retour est une bonne surprise.

Note: 8.5/10