Aurora – The Gods We Can Touch

En ce début d’année, on pourra compter sur le retour d’Aurora. Il n’est désormais pas nécessaire de retracer son parcours tant elle est devenue une sorte d’icône électro-pop norvégienne avec un univers musical qui a séduit plus d’un. Deux années et demi plus tard après A Different Kind Of Human (Step 2), elle fait son grand retour avec son successeur intitulé The Gods We Can Touch.

Avec ces quinze nouveaux titres pour 50 minutes de musique, Aurora continue de repousser les limites de sa créativité. Il suffit de fermer les yeux et de s’imaginer dans un climat polaire et nordique tandis que la voix ensorcelante de notre hôtesse continue de nous éblouir, que ce soit dès le départ avec « The Forbidden Fruits Of Eden » avant d’embarquer vers des territoires célestes dénués d’embûches avec « Giving In To The Love » et « Cure For Me » qui étonne pour ses allures étrangement disco.

The Gods We Can Touch regroupe énormément de surprises avec notamment Aurora en tant que chef-d’orchestre qui brille aux côtés de Pomme sur « Everything Matters » rappelant la grâce de Tori Amos ou encore de « Exist For Love » où elle place l’amour sur le côté spirituel. Et c’est en sens qu’elle est animée par cela sur ce troisième disque vibrant qui contient également quelques bonnes idées telles que « The Innocent », « Exhale Inhale » et « A Dangerous Thing ». Aurora continue de nous émerveiller (même si cela paraîtra un peu forcé parfois) de bout en bout avec « This Could Be A Dream » et le final scintillant et solennel qu’est « A Little Place Called The Moon » tutoyant une bonne fois pour toutes les cieux.

Note: 7/10