Nicholas Allbrook – Manganese

Tiens, ça faisait un bon bout de temps que nous avions pas eu des nouvelles de POND. Pour le moment, il n’y a pas de nouvel album à l’horizon mais ses membres sont bien occupés, y compris Nicholas Allbrook. Quatre années après un Wabi sabi bruto bruta bien expérimental qui n’a malheureusement jamais été chroniqué dans nos colonnes, le charismatique musicien signe son grand retour avec Manganese.

Pour cette nouvelle galette, Nicholas Allbrook s’ouvre à nous de la façon la plus vulnérable qui soit. On embarque dans une introspection la plus brute qui soit avec l’énergique « Commodore » qui ouvre le bal à travers ces influences 80’s faussement kitsch que l’on retrouvera également sur « Jackie » et « Mazda » avant de se laisser emporter par des arrangements beaucoup plus organiques exprimés sur le touchant « Babbel ».

Manganese qui comprend un titre du même nom somptueux et poétique, Nicholas Allbrook se dévoile à nous comme jamais tout en prenant son envol comme il se doit sur les instrumentations harmonieuses de « Vale The Chord » qui se veut un brin inquiétant ou bien encore « Round Round The Moon and All ». Le leader de POND reste un incroyable chef-d’orchestre tandis qu’il atteint des sommets sur la conclusion élégante du nom de « The Night Before You Flew » montrant sa facette la plus vulnérable ayant besoin de contact humain pour se surpasser. Définitivement bouleversant.

Note: 8/10