Satellite Jockey – Modern Life Vol. 1

Il y a deux ans, on était conquis par l’exploration spatiale de Satellite Jockey avec leur album Falling (chroniqué ici). Le sextet lyonnais a montré qu’ils étaient capables de remettre la pop sixties au goût du jour et ce, de façon impeccable. Deux ans plus tard, le groupe revient en grande forme avec leur nouvel opus Modern Life, Vol. 1 qui sent bon le printemps.

Contrairement à son prédécesseur, on redescend sur Terre et on change de décennies, comme le prouve les premiers morceaux pop-folk policés mais enlevés « Copernicus », « Misery » et « She Came Out of Nowhere ». Satellite Jockey a décidé de varier son style musical sur cet opus et on retrouve de tout: de la bossa nova sur l’interlude « ~~~~~ », de la pop des sixties sur « Long Is The Road », du reggae psychédélique sur « Opacity » faisant intervenir un clavecin et une introduction éthérée interprétée par Pauline Le Caignec ou encore du rock slacker des années 1990 sur « Hide From Love » et « The One Who Dares ».

Même si ils ont désormais les pieds sur Terre, Satellite Jockey n’oublie pas ses origines dream-pop avec des joyaux comme « Inside » et « United Nations » où le tandem Rémi Richarme et Pauline Le Caignec fait encore des étincelles niveau harmonies vocales. Sur ce nouvel album, le sextet lyonnais explore à fond leurs influences musicales toujours aussi riches et toujours aussi rayonnantes, allant du folk à la pop psychédélique en passant par l’indie rock pur et dur. On a hâte de savoir ce qu’ils nous réservent pour le prochain volume.

Note: 8/10

Satellite Jockey – Falling

500x500-000000-80-0-0 (4)

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Satellite Jockey, ruez vous directement sur leur discographie très riche. Le sextet lyonnais mêlant pop psychédélique céleste, dream-pop et shoegaze possède déjà quatre albums à son actif très réussis mais malheureusement passés presque inaperçus. Mais c’est avec leur cinquième album intitulé Falling que le groupe mené par Rémi Richarme va franchir une nouvelle étape et nous proposer un voyage sonore hors du commun.

Décollage immédiat avec « Skylight » qui brille avec sa pop légère et son final époustouflant et la voix de Rémi Richarme ressemblant à celle d’Andrew VanWyngarden. Et ce n’est d’ailleurs pas une surprise que le groupe marche sur les pas de MGMT sur certains titres élégants et psychédéliques comme « It’s Fading In » ainsi que le morceau-titre, mais également de Velvet Underground, Jesus & Mary Chain ou même de Spiritualized.

Falling est un album de pop de haute classe, à la fois cosmique, spatial et audacieux (parfois même cuivré). La véritable réussite de cet opus est l’alternance de morceaux euphoriques à l’image du dansant « Life Science », de ballades oniriques comme « Turning Into You », « The Replay » comprenant un brillant solo de trompette et « Falling Down » ainsi que des titres psychédéliques magistraux et soniques comme « Dancing » et « A Poisoned Arrow », ou même le condensé de tout ça sur le très dense et épique « Concealed Feeling », chef-d’oeuvre pop de 11 minutes. On relèvera également l’alchimie vocale racée de Rémi Richarme et de Pauline Kcidy, ce mélange de voix tantôt rugueux de la part de Richarme tantôt fluette et bouleversante de Kcidy qui fera trembler l’auditeur à chaque écoute.

Satellite Jockey a réalisé un très grand disque de pop attachant et ambitieux sans être prétentieux. On espère vivement qu’avec Falling, ils s’imposeront sur la scène indie française parce qu’ils valent absolument le détour.

Note: 8.5/10