M. Ward – More Rain

10_700_700_533_m.ward_morerain_900px

Ce bon vieux Matthew Stephen Ward reste toujours actif sur la scène indie américaine. Que ce soit en solo ou avec d’autres personnes comme l’actrice Zooey Deschanel avec qui il a formé le duo She + Him ou le fabuleux side-project Monsters of Folk (dont on attend toujours le second album, les mans !), il est difficile d’échapper à cet artiste de Portland. Quatre ans après son décevant dernier album Wasteland Companion, il reprend sa carrière solo avec un huitième opus du nom de More Rain.

Et sans surprise, c’est du M. Ward tout craché que l’on retrouve sur More Rain avec un thème concentré sur les questions existentielles qui pourrissent notre quotidien. Douze compositions à mi-chemin entre indie folk et Americana arrangés soigneusement et idéal pour ce printemps. Les sons de pluie se font entendre sur l’introduction éponyme afin de bien imposer l’ambiance humide avant que « Pirate Dial » nous envoûte ave sa mélancolie apaisée. Dès lors, le chanteur et musicien alterne sans souci des titres tantôt douces et nostalgiques (« Slow Driving Man », « I’m Listening (Child’s Theme) ») et d’autres plus rythmés marqué par le retour des guitares électriques (« I’m Going Higher », « Time Won’t Wait » qui compte la participation de Neko Case).

Ceci dit, More Rain est certainement son disque le plus rythmé depuis un bail et on ne boudera pas notre plaisir. M. Ward distille chaque note et chaque influence afin d’en ressortir le meilleur, notamment sur les titres ensoleillés « Confession » avec son solo de trompette ravissant et « Girl From Conejo Valley » avec son gimmick joué au Moog par Mike Mogis. On sera surpris de l’entendre dans un registre doo-wop sur la reprise de Beach Boys qu’est « You’re So Good To Me » qui se termine malheureusement trop vite ou plus power-pop sur « Temptation », mais toujours est-il que M. Ward a de quoi nous faire oublier les jours de pluie.

Selon les dires de son auteur, More Rain est un moyen d’échapper à la négativité du monde et c’est plutôt réussi. M. Ward n’a peut-être pas révolutionné le game avec ce nouvel opus, mais il a réussi à se relever après un prédécesseur plutôt mitigé. Une douce averse idéale pour ces prochains jours printaniers.

Note: 7.5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s