RY X – Dawn

ry-x

Souvenez-vous de l’hiver 2013 où une douce et mélancolique musique envahit les écrans de télévision pour une pub de SONY. Tout le monde était plus attiré par la musique de pub que la pub en elle-même: c’était le magnifique « Berlin » de l’artiste RY X. De son vrai nom Ry Cumming, l’Australien a aussitôt déchaîné les passions et il s’est bien fait attendre. Après l’EP Berlin bien prometteur, voilà qu’il nous présente son premier album Dawn, qui est une parfaite ode à la rêverie et à la douceur.

Au cas où personne ne le saurait, sachez que RY X est également une des trois têtes pensantes du trio expérimental The Acid qui a donné naissance à l’album Liminal en 2014 mais aussi la moitié du duo house Howling aux côtés du Berlinois Frank Wiedermann. Et comme j’aime le rappeler: après l’expérimentation vient donc l’introspection. Ce nouveau projet solo de l’Australien tranche carrément avec ses side-projects: on assiste à une « renaissance » musicale où de complaintes folk résolument mélancoliques sont le mot-clé de Dawn. Après une introduction éponyme toute en cordes résonne des comptines émouvantes comme « Shortline » déjà présent à la fois sur l’album d’Howling et sur son EP Berlin mais avec une version plus épurée ainsi qu' »Howling » qui fut présent sur l’album du duo du même nom en version on ne peut plus électrique.

Hormis ces titres revisités (coucou « Berlin » placé en plein milieu de disque), RY X brille de mille feux avec son falsetto renversant notamment sur les mélopées aériennes et acoustiques de « Salt » et « Only » où on sent vraiment qu’il a tout appris de Bon Iver ou de Patrick Watson. Bien évidemment, il sait aussi être bouleversant notamment sur « Beacon » avec sa montée en puissance des plus dantesques que redoutable comme sur « Haste » et « Hold Me Love » où les sonorités électro se font plus présents réminiscents de The Acid entre autres. Mais dans l’ensemble, l’Australien arrive à toucher à son auditeur par des compositions élegantes et intenses, à l’image du dernier titre « Lean » où les improvisations sonores et de nouvelles explorations sont les bienvenues et encore une fois, on frôle le génie.

Il s’est bien fait attendre et au final, la patience possède toujours ses vertus. Dawn de RY X est une perle folk contemporain dont on se laisse facilement charmer par sa fragilité et sa douceur. James Vincent McMorrow a trouvé son principal concurrent et il est clair que la scène indie folk possède pas mal de perles.

Note: 8.5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s