Thee Oh Sees – A Weird Exits

oh-sees-a-weird-exits-1200px_800_grande

« Chaque année, un nouvel album de Thee Oh Sees à la clé » sera la formule appropriée pour la désormais mythique formation garage psychédélique californienne. Presque personne, excepté Ty Segall, Wand et autres King Gizzard & The Lizard Wizard, n’ose ridiculiser la concurrence à coups d’albums puissants chaque année à l’image de John Dwyer et ses acolytes. Après un Mutilator Defeated At Last l’année dernière (chroniqué ici), les revoilà bien au taquet avec A Weird Exits.

Enième album certes mais premier album enregistré avec deux batteurs (Ryan Moutinho et Dan Ricon) et putain, c’est toujours aussi excellent. Les premiers titres bien enflammés « Dead Man’s Gun » et « Ticklish Warrior » déboulent de nulle part et on se prend toujours les riffs de guitare mortels et la voix quasi-mortuaire de John Dwyer ainsi que la section rythmique haletante. Ça déménage toujours aussi bien mais en même temps, c’est de Thee Oh Sees qui s’agit.

Hormis les éternels standards de garage-rock bien pêchu et gueulard comme « Plastic Plant » et « Gelatinous Cube » à base de solos de guitare orgasmiques, Thee Oh Sees continue sa voix vers le krautrock (virage musical pris sur leur prédécesseur, d’ailleurs) comme l’instrumental hypnotique « Jammed Entrance » avec ses synthés cosmiques que n’aurait pas renié Damaged Bug (projet solo de John Dwyer). Après un instrumental entêtant et smooth du nom d' »Unwrap The Fiend Pt.2″, les Californiens surprennent leur entourage en fin d’opus avec la valse expérimentale de huit minutes « Crawl Out From The Fall Out » et la conclusion mélancolique du nom de « The Axis », perle pop psychédélique qui prend de l’ampleur avec son solo de guitare bien saturé sur les dernières secondes d’A Weird Exits.

Après avoir achevé l’écoute de ce nouvel opus, une question subsiste: est-ce que John Dwyer et ses sbires ont déjà fait de la merde ? Jamais ! A Weird Exits est un excellent nouveau cru des Californiens toujours aussi riche et déjanté comme on aime. Appelez ça du garage-rock, rock psychédélique, punk, krautrock, glam rock, tout ce que vous voulez mais Thee Oh Sees fait parti de ces groupes prolifiques qui se bonnifient avec le temps et constamment.

Note: 8/10

Un commentaire sur “Thee Oh Sees – A Weird Exits

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s