Harleighblu & Starkiller – Amorine

harleighblu-x-starkiller-628

La prodigieuse chanteuse britannique Harleighblu n’en finit pas de faire parler d’elle. Auteur d’un très beau premier album Forget Me Not en 2013, elle a fait son grand retour avec Futurespective cette année (chroniqué ici). La native de Nottingham aux dreads blonds signe son second album de 2016 avec Amorine réalisé auprès du duo Starkiller, directement rescapé de la crew du génial compositeur Adrian Younge (pour rappel, celui qui a composé la musique de la série Luke Cage aux côtés d’Ali Shaheed Muhammad, DJ du légendaire groupe A Tribe Called Quest).

Amorine raconte l’histoire d’amour impossible entre un humain et robot. Et pour bien appuyer cet univers bien SF, Starkiller concocte des productions dépourvues de joie et de luminosité, à mi-chemin entre trip-hop futuriste et soul vintage. Et très vite, on se retrouve parfaitement au cœur de cette intrigue avec des pièces mélancoliques telles que le somptueux « Finish Me (I’m Done) », le riff de clavecin « Joanna » ou encore la valse quasi-mortuaire de « Middle Of The Road » où la voix de la Britannique fait encore des ravages.

L’heure n’est vraiment pas à la fête, mais alors pas du tout. Car plus on avance à travers Amorine, plus l’intrigue révèle pas mal de rebondissements malheureux pour nos deux anti-héros et ceci est parfaitement illustré sur la parfaite triptyque du psychédélique « Set Yourself Free », « Without You » et l’expérimental « Killing My Heart ». Si on prend en compte la tonne d’émotions contenue dans les prouesses vocales de notre Harleighblu et des compositions enfumés comme « Suddenly », pas étonnant que cet album soit aussi étonnant. Tiens, on y décèle même du Portishead sur « Why Would You » par exemple. Comme quoi, tout n’est pas rose dans cet album.

Prenez donc les instrumentaux cinématographiques et analogiques des disciples d’Adrian Younge et la voix qui sent la soul de Lauryn Hill et de feu Amy Winehouse à plein nez sans oublier une histoire qui monte en intensité dramatiquement parlant, mélangez le tout et vous obtiendrez un album conceptuel à ne louper sous aucun prétexte. Harleighblu et Starkiller font plutôt une bonne paire, et c’est intéressant de voir l’évolution artistique de cette demoiselle qui est pour le moment sous de bons auspices.

Note: 8/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s