Hooton Tennis Club – Big Box Of Chocolates

hooton-tennis-club-big-box-of-chocolates

Souvenez-vous de la claque de Hooton Tennis Club avec leur premier album Highest Point In Cliff Town l’an dernier. Le quatuor indie rock de Liverpool s’est fait remarquer pour ses compositions que n’auraient renié les regrettés Pavement et furent plutôt réussies. C’est donc sans surprise qu’ils reviennent en cette fin d’année avec une nouvelle livraison intitulée Big Box of Chocolates. Bientôt l’heure de la confirmation pour nos quatre compères ?

Ici, Hooton Tennis Club s’éloigne volontairement des sonorités slacker et lo-fi de la bande de Stephen Malkmus pour aller puiser vers la britpop et le post-punk à la Parquet Courts. Le changement est immédiat avec l’introduction plutôt boute-en-train nommée « Growing Concerrns » avec son excellent riff de guitare et la voix entraînante de Ryan Murphy qui complète le tableau. Big Box Of Chocolates est une succession de titres énergiques et mélodiques comme « Bootcut Jimmy The G » pouvant trouver sa place sur l’opus précédent, « Bad Dream (Breakdown On St. George’s Mount) », l’agressif « Lazers Linda » ou encore la très 60’s « Statue Of The Greatest Woman I Know » bien pressentis pour faire des futurs hymnes live.

Mais là où Big Box Of Chocolates se démarque de son prédécesseur, c’est quand Hooton Tennis Club laisse de plus en plus de places à des moments plus mélancoliques et détendues. On pensera par exemple aux pièces harmonieuses et mélodiques comme « Sit Like Ravi », « O Man, Why Won’t You Melt Me ? » ainsi que le chaleureux « Lauren, I’m In Love » montrant un quatuor plus pop qu’auparavant. Ainsi, entre morceaux énergiques, d’autres plus pop et ballades langoureuses, notre cœur balance vraiment vu qu’ils sont de sacrés mélodistes.

Ce second album de Hooton Tennis Club ressemble étrangement à une grosse boîte de chocolats car on ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber. Mais pourtant, les compositions sont addictives et sucrées partageant la même saveur mais pas les mêmes ingrédients. Ainsi, le quatuor de Liverpool a dépassé l’étape de la confirmation en raison de leur musique plus travaillée et étoffée, à consommer sans modération. Mais attention à l’overdose de sucre !

Note: 8/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s