Charles X – Peace

charles-x-peace-585

Charles X est devenu inarrêtable. Avec son premier album The Revolution… And The Day After en 2015 (chroniqué ici) et son second album Sounds Of The Yesteryear (chroniqué ici), le prodige le plus français des californiens qui a baigné dans la Motown, le hip-hop et le jazz depuis tout petit a bâti sa réputation de MC/crooner talentueux. Et comme si ça ne suffisait pas, il revient avec un troisième intitulé Peace pour lequel il a utilisé le crowdfunding afin de mettre à bien son projet.

Ne vous fiez pas à sa pochette où on s’attend à du « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, je suis content gnagnagna », Peace se veut plus engagé et plus grave qu’auparavant. Comme il l’explique si bien, « nous nous dirigeons vers des temps sombres et troublés. Le mécontentement monte au sein du peuple, alors plutôt que de mettre de l’huile sur le feu et alimenter la colère, je préfère vous soumettre les sons de Peace ». On sent que quelque chose a changé surtout lorsque l’on écoute des pièces engagés comme « Ghetto Daze » avec le flow du MC toujours aussi calme et distingué ou bien même les plus soulful « Peace » joué au piano, « In Love » et l’aérien « Gunz ».

Toujours accompagné de son partenaire de crime Redrum derrière les instrus, Charles X se débrouille comme un grand et prend plus d’assurance qu’auparavant. Ainsi, il n’hésite pas à inviter la rappeuse/productrice californienne underground sur le puissant single « Wind » ou à se déchaîner sur le blues rugueux de « Black Betty Jane » à chanter sur la fameuse boucle de « Avril 14th » d’Aphex Twin sur le déchirant « The Man Who Ruled The World ». Alternant rap sur le percutant « Soul Power » et l’orgue lugubre de « Kast » et chant sur l’inquiétant « California Dreamin' » ou les deux avec les notes de piano glaciales « Fuck You And Zen » comme à son habitude, le califordelais (mix de Los Angeles et Bordeaux) est dans son élément avec un petit truc supplémentaire.

Peace tombe pile poil pour ces moments sobres car à l’heure où l’on voit un trou du cul à la tête de la Maison Blanche, Charles X nous rappelle que malgré cette période trouble, il est important de s’unir par les temps qui courent. Un disque engagé et sensiblement humain qui vient éveiller les consciences de chacun.

Note: 7.5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s