Juniore – Ouh là là

Avec leur premier EP Marabout (chroniqué ici), Juniore est enfin reconnu comme étant les sauveuses de la pop française 2.0. Même si elles sont dans le circuit depuis 2013, Anna Jean (chant, guitare), Agnès Imbault (claviers), Swanny Elzingre (batterie) et l’homme de l’ombre Samy Osta à la production (La Femme, Feu ! Chatterton…), les parisiennes ont acquis un statut indéniable qui leur a valu la nomination au Fair 2016. Ainsi, les La Luz françaises continuent dans leur lancée avec Ouh là là, leur tout premier album.

Sans surprise, on retrouve tout ce qui a fait le succès de Juniore, à savoir des compositions yé-yé des sixties aux textes en français faussement naïves où il est question des femmes d’aujourd’hui mais aussi des indécisions, des heureux accidents, des actes de folie passagers. Après une introduction instrumentale totalement rétro, c’est « Panique », le premier single de l’album, qui est à ce jour leur morceau le plus rythmé et le plus jouissif de leur carrière. Quel plaisir de refaire connaissance avec la voix monocorde mais enchanteresse d’Anna Jean qui brille sur des titres raffinés comme le fantomatique « Difficile », « L’accident » et le chaloupé « Ça balance ».

A coup de chœurs féminins féériques, de rythmiques  et de reverbs de guitare entêtants, on finit par être tantôt emportés par de superbes ballades oniriques comme « Le cannibale » et « Un twist » qui ont de quoi rappeler leur influence primordiale qui plane au-dessus de ses compositions: Françoise Hardy. A l’inverse, on tapera du pied avec des morceaux plus punchy comme « Extralucide », « Tu vas, tu viens » et « Tout (Sinon Rien) ». Juniore prend même le temps d’inviter une certaine Jo de la Baume à poser sa voix sur le titre « En retard » qui est un clin d’oeil au fameux « 7 heures du matin » de Jacqueline Taieb. On prend même le temps de faire le tour du monde avec elles sur la conclusion hypnotique « En cavale » à mi-chemin entre Black Angels et Allah-Las, des rêves de voyage et d’évasion où la femme est mise au premier plan. Quand on parle de beau message.

Avec ses ambiances tantôt western tantôt psychédéliques, Ouh là là viendra compléter le beau palmarès de Juniore. Anna Jean, ses sbires et son homme de l’ombre ont réussi à transformer leur premier album en un véritable moment de musique anachronique certes mais terriblement addictif. Une belle bande désespérément optimiste en somme.

Note: 9/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s