Petit Fantôme – Un mouvement pour le vent

Dans le doux monde de Frànçois & The Atlas Mountains, il n’y a pas que Frànçois Marry qui possède un flot d’idées dans sa musique. Souvenez-vous de Babe, le projet musical d’un ancien membre du groupe nommé Gerard Black, que j’avais mis en lumière quelques mois plus tôt ici. Aujourd’hui, l’heure est venue de miser sur Petit Fantôme qui est donc le groupe du multi-instrumentiste Pierre Loustauneau qui a également officié dans les groupes comme Crane Angels et Iceberg. Auteur de deux mixtapes et d’un premier album Torse bombé en 2014, le landais présente son opus revigorant du nom d’Un mouvement pour le vent. Et non, ce n’est ni un slogan ni un nom d’un parti politique.

Bon, on est bien loin de son « grindcore punk rock mélodique » des débuts, mais le nouveau disque du musicien permet de montrer ses talents de compositeur invétéré et prolifique. Un mouvement pour le vent fourmille pas mal d’idées avec des belles trouvailles pop psychédélique à l’image de « Quelque chose a eu lieu » qui fait penser à du Nada Surf à leurs heures de gloire mais aussi « Elle s’abîme », « Ma naissance » ainsi que « Tu ressembles à l’orage » aux textes personnels et incroyablement poétiques où il déballe sans pudeur ses blessures intimes et familiales. On ne s’ennuie jamais une seconde et Petit Fantôme a ce don de passer d’un style musical à un autre comme le rythmé « Easy Come Easy Go » qui rappelle le style désinvolte des Beach Boys contrairement à l’excellent « Libérations terribles » qui rappelle l’âge d’or de l’indie rock américain des années 1990 où Pavement, Dinosaur Jr. et autres Sonic Youth régnaient en maître.

Que de perles sur cet opus d’une classe folle et inégalable. L’auteur-compositeur-interprète du Mont-de-Marsan sait nous emporter très loin avec les blips futuristes de l’haletant « Tu ressembles à l’orage » ou de l’onirique « Ne nous lâchons plus ». La fin de l’album n’est pas sans équivoque non plus avec le duo flûte/batterie qui détonne et hypnotise sur « Comment vous atteindre » ainsi que la jangle-pop classique et romantique de « Vivons cachés » qui saura vous charmer dès les premières secondes. Et que dire de ce final instrumental synthétique incroyablement doux et voluptueux de 8 minutes qu’est « Game Over » qui clôt cette cérémonie de façon magistrale ? En somme, Petit Fantôme a certainement signé le disque de pop française le plus revigorant de cette rentrée et on n’hésite pas à prendre le large avec lui.

Note: 9/10

https://open.spotify.com/embed?uri=spotify:album:3OGb2jVGJn6YtAS6x73DxO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s