King Child – Meredith

King Child est un duo indie pop venu à la fois de Bruxelles et de Lyon. Il est composé du bruxellois Quentin Hoogaert, membre du groupe Leopold Tears au chant et du lyonnais Jean Prat qui est le fondateur du studio Purple Sheep aux instruments. Et autant vous dire qu’ils comptent mettre tout le monde d’accord avec leur impressionnant premier album nommé Meredith.

Ne vous fiez pas à sa pochette psychédélique, Meredith n’est rien de tout ça. Au contraire, on nage plutôt dans le même bain que Pink Floyd, Nick Cave, Radiohead, Tom Waits ou encore Coldplay de la belle époque. King Child nous contemple dans une indie pop romantique, audacieuse et totalement classieuse avec des titres somptueux et riches en émotions comme « Meredith » qui virevolte entre calme pianistique et guitares bruitistes sans oublier les lumineux « 23 Février » qui se veut être un hymne pour les libertés individuelles et contre toutes sortes d’oppressions en tous genres surtout pendant les attentats de Paris et de Bruxelles mais aussi « Ghost Dance » et « Grief » qui valent leur coup pour l’interprétation poignante de Quentin Hoogaert et ses compositions épurés et puissants contraste avec le plus rentre-dedans « Desert ».

Au milieu de tout ce défilé de morceaux spirituels et doucement mélancoliques à l’image de « Bending Time », « Opal » ou encore « Monsters » survient en plein milieu de l’opus une relecture de la première arabesque de Debussy au piano pour un doux moment de recueillement. Ne voyant jamais le rythme s’effrener, King Child ne laisse jamais le temps de reposer à l’auditeur tant il les kidnappe dans leur vaisseau inventif et touchant. Selon Jean Prat, le duo « évoque l’enfance, que le groupe affectionne et que l’on vit actuellement, Quentin et moi étant jeunes papas. C’est aussi un rappel à notre génération, biberonnée à l’Internet et aux smartphones. Une génération pourrie gâtée, qui a tout ce qu’elle veut, tout de suite, mais qui passe son temps à se plaindre. Comme un gosse. » En soi, Meredith est un doux avertissement face à la société actuelle avec ses compositions quasi-cinématographiques faisant les épreuves que chaque homme se doit d’affronter. Magique et bouleversant.

Note: 8.5/10

Retrouvez King Child sur Facebook

https://open.spotify.com/embed?uri=spotify:album:1rIJWZlWZ9OfKqkRyThBqQ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s