Casper Skulls – Mercy Works

C’est sans conteste la révélation indie rock de Toronto de cette année et elle se nomme Casper Skulls. C’est un quautor qui est prêt à en découdre tant leurs influences allant d’Arcade Fire des débuts à Joy Division en passant par Pink Floyd et Simon & Garfunkel se font ressentir à travers leur premier album Mercy Works.

Et très vite, ils mettent la barre très haute à travers l’explosif « You Can Call Me Allocator » après une introduction instrumentale synthétique mais aussi les plus convaincants « Lingua Franca », le dynamique « What’s That Good For » ou encore « Primeval ». Neil Bednis (chant, guitare) et Melanie Gail St-Pierre (chant, guitare) possèdent une plutôt bonne alchimie au micro tandis que Christopher Anthony (batterie) et Fraser McClean (basse) se débrouillent bien au niveau de la section rythmique.

Et à eux quatre, ils nous offrent des moments riches en sensations fortes avec les épiques « Colour Of The Outside », « Chicane, OH » mais encore « I Stared At « Moses and The Burning Bush » et « Glories » totalement massifs sans oublier un « Faded Sound » incroyablement prenant avec ses reverbs bien sentis en guise de conclusion. En fin de compte, il y avait de quoi parier sur Casper Skulls car ils sont à deux doigts de soulever la scène de Toronto avec leur Mercy Works dense et addictif.

Note: 8/10

Retrouvez Casper Skulls sur Facebook / Twitter / Bandcamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s