Loving – Any Light

Personne n’était resté insensible par la musique de Loving qui avait marqué son auditoire avec leur second album nommé If I Am Only My Thoughts il y a trois années de cela maintenant (chroniqué ici). Le groupe canadien mené par Jesse Henderson et David Parry avait tutoyé les sommets avec leur indie folk bucolique à mi-chemin entre Simon & Garfunkel et Whitney. De l’eau a coulé sous les ponts et l’heure est venue pour eux de frapper de nouveau fort avec Any Light.

Le duo de Victoria décide de transporter son auditoire dès le morceau-titre introductif quasi-instrumental étrangement maussade avant que la voix n’intervienne pour un “I’ve been waiting so long/ How I had it all wrong/ Never have I seen you/ With open eyes/ With any light /Any light / Now that I see you/ I can renew/ My love/ My love” des plus solennels. Loving réussit à condenser des thématiques sombres telles que la dépression ou encore la santé mentale instable à travers des compositions poétiques et teintées d’optimisme à l’image de « Medicine » qui suit ou bien encore de « Uncanny Valley » pour les moins somptueux.

Maintenant cette esthétique 70’s à travers ces moments chaleureux tels que « No Mast » ou bien même « On My Way To Work » et « Gift », Loving chasse les vilains nuages qui les entourent avec tant de classe et de distinction. Avec Any Light où on les voit à mi-chemin entre Fleet Foxes et The Byrds au niveau des instrumentations riches notamment exprimées sur « To Turn » et sur « Ask Directions », le groupe de Victoria détaille les conséquences d’être dans un monde de plus en plus numérisé avant de s’envoler vers des hautes sphères avec la conclusion solennelle du nom de « Blue ». Il en résulte un disque finement maîtrisé et arrangé où l’on pénètre dans leur jardin secret avant que le groupe nous émeut par ses envolées lyriques qui n’en finiront pas de nous éblouir.

Note: 8.5/10