Eggo – Valhalla

eggo-valhalla

Ceux qui ont assisté à l’édition 2013 du festival Astropolis se souviennent de la claque qu’ils se sont pris lors de la prestation d’un jeune inconnu du nom d’Eggo. Et pour cause, le producteur natif de Montélimar fait partie de la relève de l’electronica à la française, tout simplement. Du label Timid Records, il bascule au label Iris Recordings et publie son premier album dantesque du nom de Valhalla qui a enfin pu voir le jour suite à sa campagne Kisskissbankbank.

Comme il souligne, Eggo aime « l’idée de rapprocher la musique à la littérature et plus particulièrement à la poésie lyrique. D’autant plus qu’à ses débuts, la poésie a longtemps conservé d’étroits liens avec la musique. Le lyrisme, c’est fondamentalement ce que l’on retrouve dans mes compositions: une expression subjective de mes propres sentiments ». Et du lyrisme, on en retrouve à travers ces onze titres de Valhalla aussi bien dansants qu’oniriques, à mi-chemin entre deep-house rêveuse et electronica percutante.

Allez, on saute et c’est parti pour un long voyage musical introduit par « Refuge » résolument poétique ainsi que les nombreux bangers techno qui nous font contempler les plaines et les vallées comme « Vagues », « 1997 » ainsi que les incroyables échos de « Zenith ». On flirte également avec le broken beat sur « Mirage » mais toujours est-il qu’on reste toujours au-dessus du soleil. Au-delà de ses titres aux boucles entêtantes et parés pour le dancefloor (« Halo », « Odyssée ») se dégage une émotion forte et implacable qui donne envie de se repasser l’album en boucle. La magie Eggo ? Peut-être bien que oui, finalement.

Il y a donc quelque chose de magique à travers Valhalla qui fait que l’on bouge et l’on s’évade en même temps. Avec ses beats qui claquent et ses nappes synthétiques cotonneuses sur onze morceaux qui donnent l’impression d’en faire un, nul ne doute qu’Eggo a donné une certaine couleur qui fait gage de qualité. Bon après, ça donne pas trop envie de devenir un guerrier viking bien au contraire, on est charmés par cette surdose d’inventivité et d’intelligence de ce premier album.

Note: 8.5/10

Retrouvez Eggo sur Facebook / Twitter / Bandcamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s