Thee Oh Sees – An Odd Entrances

an-odd-entrances-album-thee-oh-sees

Vous croyez vraiment que Thee Oh Sees allait en rester là après leur 17ème opus A Weird Exits en août dernier (chroniqué ici) ? C’est vraiment mais alors vraiment mal connaître John Dwyer et ses compères. Mais au lieu de vous bassiner avec mon éternel couplet que je rabâche lorsque je parle du groupe californien, allons tout droit au but: le quatuor qu’on adore tous ici a encore une autre surprise en réserve pour cette fin d’année, un autre album qui s’intitule An Odd Entrances ! Oui, cher(e) lecteur-trice tu as bien lu.

Mais attention, ce n’est pas un vrai album à proprement parler: il s’agit d’un mini-disque de 6 morceaux accompagnant l’album A Weird Exits. C’est son complément en sorte dont la moitié des bénéfices du premier pressing de l’album ira à l’Elizabeth House, une oeuvre de charité à Pasadena qui aide les femmes sans abri ayant un enfant venu de la San Gabriel Vally. Derrière leur attitude de garage-rock psychédélique complètement foufou et bourrin se cache des âmes doux et généreux, on ose à peine y croire. Mais bon, trêve de bavardages, parlons maintenant de ce An Odd Entrances qui, aussi incroyable que ça puisse paraître, montre un aspect plus soft de Thee Oh Sees.

« You Will Find It Here » ouvre le bal et on est pressé de se prendre de nouvelles déflagrations sonores en pleine face. On entend que le groupe s’installe grâce aux frottements de guitare de John Dwyer et les cymbales qui tremblent avant d’attaquer… de manière plus soft. C’est un peu comme si les Californiens nous donnaient une version bedroom-pop d’eux-mêmes, c’est aussi bien reposant que déconcertant. Un peu comme l’aérien « The Poem » aux accords de guitare cristallins et les cordes renversants où on sent qu’ils ont beaucoup trop écouté The Magic Mystery Tour, à mon goût. Il en est de même pour l’harmonieux « At the End, On The Stairs » qui donne l’impression d’écouter du Donovan qui s’inspire des rythmes bossa-nova. A côté de ces trois titres résident trois instrumentaux manquant eux aussi d’agressivité, excepté « Unwrap The Fiend, Part. 1 » où les riffs catchy font enfin leur grand retour. Le trip krautrock « Jammed Exit » est tout simplement la continuation de « Jammed Entrance » du disque précédent et nous hypnotise pendant 6 minutes tandis que « Nervous Tech (Nah John) est plus une jam session avec des sursauts de solos de guitare de John Dwyer et un rythme quelque peu nonchalant à la batterie.

Est-ce vraiment du Thee Oh Sees que l’on écoute ? La réponse est oui, pourtant, on a un peu du mal à y croire. Mais il faut plutôt prendre An Odd Entrances comme un bonus à A Weird Exits. Ceci dit, les Californiens ne s’éloignent jamais vraiment de leur son qui a fait d’eux un groupe indétrônable sur la scène garage psychédélique à la californienne. Donc ne perdons pas espoir pour 2017, non pour les prochaines élections mais pour la prochaine surprise du groupe !

Note: 7/10

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s