Tristesse Contemporaine – Stop and Start

tristesse-contemporaine-start-and-stop

Alors, autant vous le dire de suite, Tristesse Contemporaine n’est pas un groupe français. C’est plutôt un trio apatride qui réside en France et qui compte une japonaise Namuri Omori aux claviers, un britannique Michael Gifts au chant (qui est aussi membre du groupe de Bristol Earthling) et un suédois Leo Hellden à la guitare qui a déjà publié deux albums de bonne qualité. Mais ce troisième opus Stop and Start ira enfoncer le clou.

Dès le premier morceau « Let’s Go », Tristesse Contemporaine baigne à nouveau dans leur post-punk/coldwave sombre et hypnotique. Et on en a pour une bonne demie-heure avec des titres qui ne transpirent pas la joie comme « Girls », « Know My Name » et « Everyday » à coups de synthés cafardeux et de boîtes à rythme métronomique sans oublier le chant désabusé de Michael Gifts qui parle de désir, des amitiés et des communautés. Et parvient à briller par moments comme sur le blues cafardeux de « Know My Name »

Si Stop & Start ne sera pas un disque novateur (soyons réalistes, un peu), il permettra de confirmer le talent du trio de nous plonger dans les abysses les plus profonds. Évoquant tantôt Joy Division, New Order, Suicide ou même Kraftwerk, Tristesse Contemporaine éblouit par son spleen éternel qui s’intensifie au fur et à mesure (« It Doesn’t Matter », « Hope »)

Note: 7/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s