Phoebe Bridgers – Stranger In The Alps

Au début, j’étais parti pour dire que le premier album de Bedouine allait être l’album indie folk féminin de l’année 2017 en raison de son incroyable douceur. Mais maintenant que Phoebe Bridgers a débarqué avec son premier album Stranger In The Alps, voilà que je commence à douter. Et voici pourquoi.

L’artiste nous vient de Los Angeles et est âgée de 23 ans. Après avoir été une habituée des nuits open mics durant son adolescence, elle attire l’attention d’un certain Ryan Adams qui décide de la prendre sous son aile en publiant son premier EP Killer en 2015. Deux ans plus tard, elle signe sur le label Dead Oceans et fait paraître son premier album Stranger In The Alps qui a de quoi vous procurer des frissons.

Dans cette concurrence indie folk féminine américaine de plus en plus concentrée où Angel Olsen, Sharon van Etten et autres Jenny Lewis se disputent encore la couronne, Phoebe Bridgers fait son entrée en matière en douceur avec des compositions folk mélancoliques qui vont droit au but avec les poignants « Smoke Signals », « Funeral » (et son refrain qui fait froid dans le dos: « Jesus Christ, I feel blue all the time and that’s just how I feel/Always have, and I always will ») ou encore « Scott Street » avec ses belles envolées sur les dernières minutes. Avec sa voix fluette et bouleversante, la Californienne se livre à nous et relate des événements qui l’ont changé à tout jamais, là où elle fait tomber les rideaux de l’intimité.

Entre morceaux tout en fingerpicking (« Demi Moore », « Chelsea ») ou jouées au piano (« Killer » ainsi que l’hypnotique « You Missed My Heart » qui est une magnifique reprise de Mark Kozelek et Jimmy Lavelle datée de 2013), Phoebe Bridgers ne finira pas de nous émouvoir et elle peut même compter sur l’aide de Conor Oberst qui vient lui prêter main forte sur « Would You Rather » pour plus de douceur. Stranger In The Alps saura nous toucher dès les premières notes non seulement avec des morceaux folk minimalistes et mélancoliques mais aussi avec le songwriting implacable et touchante de la Californienne. Donc oui, entre Bedouine et cet opus, mon cœur balance vraiment.

Note: 9/10

Retrouvez Phoebe Bridgers sur Facebook / Twitter / Bandcamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s