James Blake – Assume Form

Ce vendredi 18 janvier restera une des plus grosses dates de cette année 2019 avec pas mal de sorties en vue. Il fallait compter sur les retours de Deerhunter, Sharon Van Etten, Steve Gunn, Steve Mason, Buke & Gase et… ah oui, James Blake tiens ! Et c’est justement ce dernier qui nous intéresse avec un album surprise qu’il nous a concocté qui se nomme Assume Form annoncé une semaine plus tôt après différentes rumeurs et spéculations par le site Amazon.

Ne tournons pas autour du pot, le génie inventif de James Blake reste toujours aussi intact et ce quatrième album ne déroge pas à la règle. Après que notre britannique préféré ait versé ses peines de cœur sur The Colour In Anything (chroniqué ici), il semble avoir retrouvé l’amour comme l’atteste ces douze compositions vacillant toujours entre post-dubstep et électro-soul câline et minimaliste. Il n’y a qu’à juger ces titres où son style si singulier (souvent imité mais jamais égalé) reste prédominant comme l’introduction portant le nom de l’album mais également « Into The Red » ainsi que « Are You In Love ? » qui en disent long sur sa nouvelle idylle heureuse. Jamais on ne l’a entendu aussi heureux et apaisé et cela fait toujours quelque chose à entendre.

On retrouve tout ce qui a fait la renommée de James Blake, à savoir des compositions habitées à fleur de peau à coup de piano mais en s’ouvrant sur un public plus large. Sans être radical, le prodige britannique use des rythmiques trap avec ses basses 808, cymbales et autres syncopes. Il peut bénéficier du soutien du beatmaker Metro Boomin (Future, Migos, 21 Savage…) à deux reprises comme sur « Mile High » conviant le rappeur Travis Scott mais encore sur les influences arabisantes de « Tell Them » en compagnie du crooner américain Moses Sumney. Mais au niveau des guests, c’est André 3000 qui sort du lot avec un couplet montrant sa technicité jamais inégalée sur « Where’s The Catch ? » qui est déjà une architecture sonore des plus inouïes.

Donc oui, James Blake a mis un pied dans le monde du rap non seulement au niveau des rythmiques trap actuelles mais aussi du niveau du sampling avec ces loops vocaux renversants de « Can’t Believe The Way We Flow » tantôt pitchés tantôt à la normal. Sinon quoi d’autre ? N’oublions pas non plus la sensation espagnole nommée Rosalía qui continue d’envoûter sur « Barefoot In The Park » qui montre que son alchimie avec notre crooner fonctionne à merveille. Après un The Colour In Anything sentant le spleen à plein nez (enfin si l’on prend en compte aussi « Don’t Miss It » qui montrait l’état d’esprit du bonhomme quelques années avant cela), James Blake a retrouvé le bonheur comme le montre la conclusion intitulée « Lullaby For My Insomniac » presque a cappella où il superpose sa voix pour en faire une chorale quasi-angélique mais qui traduit également la métamorphose du jeune homme, ex-prodige de la scène UK Bass en une icône pop soul actuelle sans trahir ses origines.

Note: 9/10