R.Wan – La Gouache

Il y avait vingt années de cela, Java avait débarqué dans le paysage francophone avec leur premier album. Depuis, le groupe de rap musette nous en avait fait voir de toutes les couleurs notamment avec la présence charismatique de R.Wan. Suite à la fin de l’aventure Java, R.Wan a connu une carrière solo bien productive, la preuve avec son nouveau disque nommé La Gouache.

Faisant suite à son Curling des plus réussis paru trois ans plus tôt (chroniqué ici), R.Wan, qui officie également chez les Soviet Suprem, retrousse ses manches en revenant à la source. C’est avec l’introduction intitulée « Padrino du rap musette » que l’on a affaire où le protagoniste revient aux influences qui l’ont révélé avec ce rap musette où le flow ciselé du parisien fait écho avec l’accordéon tout comme avec « Contrepitre » et « Le plus vieux métier du monde ».

La Gouache est l’occasion rêvée pour R.Wan de faire parler ses talents de parolier, éternel amoureux de la langue française qu’il est. Qu’il soit drôle sur « Ukulélé » ou bien contestataire sur « #TaGueule » et sur « Les 4 accords toltèques », la poésie du rappeur musette ne laissera personne indifférente tant il s’ouvre au monde. En effet, il ira puiser son inspiration aussi bien du côté de Salif Keita qui est convié sur le vibrant « Des Humains » ou de l’éthio-jazz sur le brillant « Asticot » montrant toutes ses ambitions musicales et ce jusqu’à la version intimiste de son tube « Le CRS mélomane » en guise de conclusion.

Qu’il revienne à la source ou élargisse les horizons musicaux, R.Wan saura attirer notre attention et ce La Gouache en est la confirmation. Allons savoir ce que Java récemment reformé va nous réserver pour les prochains mois.

Note: 8/10