Ulna – OEA

L’album Shadow Talk du groupe Cafe Racer n’a peut-être pas été chroniqué dans nos colonnes mais toujours est-il qu’il a longtemps tourné sur nos platines l’année dernière, confinement tu connais. Quoi qu’il en soit, le groupe de Chicago a su s’imposer et permettra une meilleure exposition de chaque membre. Cette année, c’est Adam Schubert qui se lance en solo avec son side-project du nom d’Ulna et avec un premier album intitulé OEA.

C’est en parcourant des influences entre bedroom-pop lo-fi et indie folk qu’Ulna saura nous convaincre. En ouvrant les portes de son intimité, le musicien de Chicago n’a donc pas peur de parler de ses rêves et de ses fêlures sans fioritures avec des compositions reposantes telles que « I Was A Monster » en guise d’ouverture mais également « Borrowed Time » et « Ocean Ridge » se voulant à mi-chemin entre feu Elliott Smith, Kurt Vile et Big Thief.

Et là où la magie opère, c’est qu’Ulna nous offre son parcours vers sa sobriété tout au long de ce OEA. Le chemin paraît tortueux avec « Too Long » et « Turn The Record On » mais s’avance de plus en plus vers la lucidité avec « Last Song » gagnant de plus en plus en intensité avant de s’achever avec un « Dead Friends » s’achevant brutalement. Il n’empêche que ce premier disque du membre de Cafe Racer soit une œuvre dépouillée des plus attachantes.

Note: 8/10

Retrouvez Ulna sur Bandcamp