Lala Lala – I Want The Door To Open

Qu’est-ce qu’elle nous avait manqué Lala Lala n’empêche. On ne s’en est jamais vraiment remis de son disque nommé The Lamb (chroniqué ici) qui a permis de se faire un grand nom sur la scène indie rock américaine. Trois années se sont écoulées et Lilie West a décidé d’effectuer un come-back fracassant avec l’arrivée de son troisième album nommé I Want The Door To Open.

Maintenant qu’elle a trouvé la lumière après tant d’années passées dans l’obscurité et l’autodestruction, il est temps pour Lala Lala de surprendre quelque peu son entourage musicalement parlant. I Want The Door To Open voit l’occasion pour la musicienne de Chicago d’élargir son champ de vision musical se faisant plus synthétique et expérimentale que jamais. Et cela s’entend dès l’introduction nommée « Lava » annonçant la couleur mais également « Color Of The Pool » et « DIVER » où elle ira chercher du côté de Kate Bush et qui est soutenue par des boucles de clavier hypnotiques et des percussions endiablées de Nnamdi Ogbonnaya.

Sur I Want The Door To Open, Lala Lala creuse plus profondément dans son psyché afin de déterminer où est-ce qu’elle appartient dans ce monde sombrant de plus en plus dans la démence. Avec l’aide de Yoni Wolf de WHY? à la co-production, elle se lance à corps perdu dans une odyssée volontairement expérimentale avec des titres aussi bien rêveuses qu’audacieuses telles que « Prove It », « Bliss Now! » et autres « Beautiful Directions ». Pas mal d’invités viendront lui prêter main forte dans cette folie créatrice et inventive, à savoir le duo OHMME répondant présent sur « Photo Photo » ainsi que Ben Gibbard de vous savez quel groupe sur « Plates ». On retrouve également Kara Jackson sur « Straight & Narrow » et Sen Morimoto sur « Utopia Planet ».

Et en guise de cerise sur le gâteau, on aura le mérite d’entendre la grand-mère de Lala Lala sur la conclusion nommée « GB » qui est toute fière de voir comment sa petite-fille évolue dans ce monde. C’est mission accomplie pour Lala Lala qui a ouvert toutes les portes possibles sur ce nouveau disque ambitieux et expérimental mais doté d’une sensibilité artistique qui lui est propre.

Note: 8.5/10