Silverbacks – Archive Material

Personne n’a pu échapper à la tempête Silverbacks en 2020 avec leur premier album nommé Fad (chroniqué ici). Il faut dire que ce disque a propulsé le groupe parmi les formations prometteuses en matière de post-punk irlandais aux côtés de Fontaines D.C. et de The Murder Capital. Un an et demi plus tard, les revoici de retour regonflés à bloc avec leur successeur nommé Archive Material.

Dès le départ, le style Silverbacks est mis en avant, c’est-à-dire une bonne dose de post-punk très 70’s, de proto-punk et de rock slacker des années 1990 avec le morceau-titre introductif pour le moins impeccable où Daniel O’Kelly et Emma Hanlon se mettent au français sur le refrain (« Ils ne s’entendent pas », chantent-ils à l’unisson). Le groupe irlandais récidive avec les urgents et un brin foutraques « A Job Worth Something » et « Wear My Medals » où ils arriveront à traduire le sentiment général de nos quotidiens avec une classe remarquable.

Archive Material poursuit sa lancée avec d’autres morceaux implacables puisant son inspiration auprès de Television, The Fall et Pavement avec une touche de Cate Le Bon avec les irrésistibles « Rolodex City », « Different Kind of Holiday » et « Recycle Culture ». Quelques moments de surprise sont aussi à relever comme l’instrumental entraînant du nom de « Carshade » prouvant que Silverbacks ne rompt pas avec la tradition du premier album mais aussi cette fusion entre surf-rock et dream-pop exprimée sur « Central Tones » et les accents dignes de Thin Lizzy et de Steely Dan sur « Econymo ».

En définitive, le second disque de Silverbacks qui s’achève avec un « I’m Wild » mi-Aldous Harding mi-Neil Young dans l’âme permet d’entrevoir de nouvelles perspectives pour le groupe dublinois. Avec Archive Material, le groupe permet de rappeler aux réfractaires qu’ils ne souhaitent pas d’étiquettes et c’est ce que l’on retrouve sur ce second disque solide et malicieux.

Note: 8/10