November Ultra – Bedroom Walls

Chère Nova (ou plutôt devrais-je dire November Ultra), depuis que je t’ai découvert en ce mois glacial de novembre 2020 avec ton titre « Soft & Tender », sache que j’étais conquis. Mais je n’étais pas seul dans ce cas, tu as conquis des millions et des millions de cœur en peine. Et c’est dire que tu as débarqué dans nos vies et nos oreilles quand tout allait de travers dans ce monde. Et vraiment merci. Merci à toi de nous rappeler qu’il y a toujours une lueur d’espoir. Et donc, tu as conquis de plus en plus de personnes et c’est ton don naturel, semble-t-il. Donc forcément, tout le monde attendait ce que tu allais nous préparer avec ton premier disque Bedroom Walls que tu as conçu pendant quatre ans dans les quatre murs de ta chambre.

Car oui Nova, je le répète et j’insiste: tu as un talent pur. Un talent musical que tu sauras exploiter à travers tes onze pépites musicales où ton interprétation magistrale m’émeut à chaque écoute tant tu utilises ta voix comme un instrument. Tu as pris une dimension beaucoup plus théâtrale pour mieux t’exprimer sur de sublimes compositions telles que « over & over & over » qui ouvre le disque. Et ce n’est que le premier titre et je t’avoue que les larmes me sont montées aux yeux parce que tu sais exprimer tes états d’âme sans filtre, tout comme « le manège », « monomania » et « miel » qui me manquent de me mettre en apesanteur.

Ceci dit, je suis ravi de retrouver ton « soft & tender », le titre qui t’a fait connaître par des milliers. Je suis ravi que t’aies gardé ce côté folk malgré tout qui, étrangement, s’estompe peu à peu sur ton bedroom walls. Mais tu arrives à compenser cela, toi petite abeille céleste, avec des influences plus épurées, rappelant parfois Grouper pour plus d’émotions notamment sur « fade » et « nostalgia / ultra ». Je pensais que pour ce dernier, tu allais rendre hommage à un héro des temps modernes de la musique qu’est Frank Ocean mais non, tu as détourné ce piège. Tu nous emmènes dans ton jardin secret en racontant tes origines espagnoles en parlant de ton grand père (que j’embrasse aussi au passage). Tu as aussi gardé cette âme d’enfant et c’est ce qui nous attire.

Oui, Nova tu es une âme brillante et tu le confirmes avec brio en retournant à tes racines folk vers la fin avec « septembre » ou encore la fin nommée « open arms » où tu nous accueilles à bras ouverts face à l’absurdité du monde. Tes mots et ta voix soulagent notre mal et j’en suis convaincu. Tu as bien fait d’attendre une poignée d’années pour mettre à bien ton premier disque que tu as conçu de tes dix doigts pour arriver à un résultat féérique. Oui, Nova tu l’as fait et tu peux en être fière. Et au nom de tout le monde, je te remercie et puisses tu briller encore longtemps.

Note: 9/10