Obongjayar – Some Nights I Dream Of Doors

En 2020, Obongjayar avait mis tout le monde d’accord avec son premier EP intitulé Which Way Is Forward ? l’ayant révélé au grand public (chroniqué ici). Suite à cela, le musicien londonien fut considéré comme étant la révélation de l’année qui lui a permis d’avoir des collaborations prestigieuses. Ce n’est pas un hasard si il récidive avec un nouvel album intitulé Some Nights I Dream Of Doors.

Pour ce premier album, Obongjayar viendra enfoncer le clou avec cette fusion musicale totalement indéniable entre Afrobeat, jazz et trip-hop soulful. Le musicien londonien viendra insuffler son génie musical à travers des titres immersifs tels que l’introduction douce-amère nommée « Try » plantant le décor avant de nous emmener loin avec des morceaux teintés de spiritualité tels que le punchy « Message In A Hammer » ou encore « Parasite » où il n’y va pas de main morte avec le gouvernement ainsi que le jazz fiévreux de « Wrong For It » conviant Nubya Garcia.

On voit ainsi Obongjayar naviguer vers de terrains différents sans jamais se perdre. Sur Some Nights I Dream Of Doors, il impressionne avec les sonorités afrobeat sur « Sugar » ou sur l’excellent « Tinko Tinko (Don’t Play Me For A Fool) » ou vers des moments plus tendres avec « New Man » et « Wish It Was Me » témoignant de cette versatilité hors normes. On y décèle des influences un brin urbaines avec « New Man » ou bien avec « Wind Sailor », ce qui montre qu’Obongjayar, par son style singulier et ses textes coup de poing, accède à d’autres niveaux après enfoncé pas mal de portes.

Note: 8.5/10