The Supermen Lovers – Body Double

De The Supermen Lovers, on retiendra le tube interplanétaire nommé « Starlight » paru deux décennies plus tôt. Il fait parti des derniers survivants de la french touch qui a continué son bonhomme de chemin avec une discographie pour la moins intrigante qui éclot avec son nouveau disque sobrement intitulé Body Double.

The Supermen Lovers continue son bonhomme de chemin à travers ces douze nouveaux titres incandescents et fiévreux. Sa french-touch teintée de disco-funk et de pop sautillant fait des merveilles notamment sur « Clock Sucker » en guise d’introduction redoutable avant d’enchaîner avec « Pigeon », « Quietness After Desire » et « She Doesn’t Care That I Know » aux gimmicks rutilants où les influences 90’s sont parfaitement remises au goût du jour.

Bien entendu sur Body Double, The Supermen Lovers n’hésite pas à sortir son carnet d’adresses prestigieux en conviant des invités prestigieux. On retrouve à ses côtés Ashley Slater sur « My Only » ou bien encore Obii & Kim sur cette fusion entre l’analogique et le digital de « Tête à tête » ainsi que Georges Sound sur « Call My Name » pour des moments pétillants montrant que la french-touch n’est pas morte. Fiévreux de bout en bout avec les influences britpop de « Young Girl & Old Man » et la conclusion habitée qu’est « Requiem For A Bitch » en compagnie de Yann Dest de Modjo où The Supermen Lovers rentre une fois de plus dans la légende.

Note: 7/10