Strange Ranger – Pure Music

Tiens donc, ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé de Strange Ranger ! Il faut dire que le groupe de Portlan n’avait pas donné signe de vie depuis 2019 et leur album Remembering The Rockets (chroniqué ici). Mettant un terme à un silence de quatre années, ils signent leur grand retour avec Pure Music.

Cette absence peut se justifier par des déménagements où les membres de Strange Ranger sont partagés entre Philadelphie et New York. Forcément, cela a une influence sur ce Pure Music où ils empruntent un virage des plus radicaux en flirtant avec des sonorités plus électroniques. Cela s’entend parfaitement sur « Rain So Hard » qui ouvre le bal où on sent que le groupe semble avoir écouté du Madchester mais aussi de la chillwave durant les sessions tout comme sur les intenses « She’s On Fire » ainsi que sur le trip-hop spacieux de « Dreams » qui suivent.

Résolument ambitieux et expérimental qu’à l’accoutumée, Pure Music continue de nous surprendre. Le duo de choc Fred Nixon et Isaac Eiger nous transporte au lointain avec des compositions synthétiques pour les moins denses que sont « Blue Shade » et « Blush » s’enchaînant avec fluidité sans oublier les somptueuses harmonies vocales de Fiona Woodman relevant le tout.

Avec des arrangements riches notamment sur « Wide Awake » ou sur « Ask Me About My Love Life », Pure Music est un disque riche en surprises avant d’atteindre le sommet avec le final des plus euphoriques nommé « Dazed In The Shallows ». Strange Ranger se renouvelle avec ambition sur ce nouveau chapitre musical plus synthétique et plus vibrant que jamais.

Note: 9/10