Chemtrails – The Joy Of Sects

Chemtrails n’est peut-être pas une des formations les plus connues sur la scène mais elle est une des plus inventives. Le quatuor suédois étonne son auditoire avec leur fusion indéniable de garage et de rock’n’roll, où les spectres de B-52’s et de Los Campesinos! planent tout au long. Cette année, ils récidivent avec leur successeur qui se nomme The Joy Of Sects.

Le quatuor nous offre une fois de plus une bonne dose de fantaisie dès les premières notes de « Detritus Andronicus » avec un son beaucoup hi-fi que jamais. Chemtrails mêle cette fois power-pop fuzzy avec un zeste de disco mutant pour un résultat détonnant sur les accents 70’s de « Bang Bang » et de « Business Class War Paint » qui suivent.

Une chose est sûre, c’est que The Joy Of Sects nous réserve des surprises en tous genres. Chemtrails tacle les injustices sociales avec une pointe d’humour pince-sans-rire et le fait à la perfection sur « Sycophant’s Paradise » des plus psychédéliques mais aussi sur l’ensorcelant « Pink Whale » et les allures krautrock de « Superhuman Superhighway » montrant le tandem vocal Mia Lust/Laura Orlova au top de leur forme.

Résolument fun et « bizarre » du début à la fin avec « Endless Stream Of Bizarre », Chemtrails nous offre un périple musical coloré et ensorcelant. The Joy Of Sects est une autre preuve que le groupe suédois n’a rien perdu de son extravagabce qui fait fureur sur la scène musicale actuelle.

Note: 7.5/10