The Big Idea – Tales Of Crematie

Chaque album de The Big Idea est une épopée absolument dantesque. On avait laissé le sextet originaire de La Rochelle avec une expédition musicale haute en couleurs qui se nommait The Fabulous Expedition Of Le Grand Vésigue (chroniqué ici) en mars dernier. C’est dire que le groupe a énormément voyagé mais n’a pas l’intention de se reposer, bien au contraire. La preuve avec leur successeur qui s’intitule Tales Of Crematie.

Cette fois-ci, The Big Idea s’attaque à une épopée médiévale détonnante. Tales Of Crematie est un conte imaginaire prenant une dimension plus réaliste, enclin à notre société actuelle. Et pour ce faire, le sextet de La Rochelle met les bouchées doubles dès le départ avec « The War » brouillant les pistes entre garage-rock psychédélique et noise-pop avant de prendre le monde à contre-courant avec ses envolées orchestrales. S’ensuit ainsi les ascensions 70’s de « Council of The Kings » où The Big Idea implante un storytelling épique prenant de l’ampleur au fur et à mesure avec le groove lascif de « Vertigo of Love » contrastant avec les accents western de « The Rivers Queen ».

Vous l’avez compris, The Big Idea a le sens de la démesure. Entre la ballade folk baroque et harmonieuse qu’est « All Aboard » ainsi que « The Cursed Ballerina » prenant des relents ska, le périple médiéval de Tales Of Crematie nous tient en haleine. Les batailles sont caractérisées par des riffs fuzzy et une section rythmique haletante sur l’effréné « The Fight » tandis que les aspects dramatiques sont mis en avant avec des arrangements menés aux cordes et cuivres comme sur le complexe « With A Little Help From ESS-95 » par exemple. Le sextet est plus qu’inspiré du début à la fin avec également les airs de comédie musicale des dramatiques « Guess Who’s Back (The Album) » et « The Team and The Beast » où les constructions musicales nous mettent sens dessus dessous.

Ce périple médiéval s’achève sous une note à la fois funeste et fantasque avec « Tell The Bells To Ring ». The Big Idea est en passe de devenir la version française de King Gizzard & The Lizard Wizard avec cette odyssée musicale psychédélique et dense qu’est Tales Of Crematie où les spectres de Beatles période Magic Mystery Tour, The Psychotic Monks ou encore de Sonic Youth planent tout au long de cette grande démonstration de force soufflant un vent de révolte.

Note: 8/10