Greg Saunier – We Sang, Therefore We Were

Personne ne pourra arrêter la machine Deerhoof, c’est un fait. Je me souviendrais toujours de la dernière fois que je les avais vus à La Maroquinerie en novembre dernier et je les ai trouvé toujours aussi super bons, surtout Greg Saunier qui reste toujours aussi endiablé derrière les fûts. Alors que le groupe célèbre leur troisième décennie d’existence, le batteur du groupe (qui a produit le dernier album de Halo Maud paru quelques semaines plus tôt) nous crée la surprise du premier album solo avec We Sang, Therefore We Are.

Pour notre plus grand bonheur, Greg Saunier ne s’éloigne pas du tout de son univers qu’il avait forgé avec ses compères. On en veut pour preuve le morceau d’ouverture nommé « There Were Rebels » capturant l’inventivité totalement folle du co-fondateur de Deerhoof où les influences math et prog priment abord tout comme sur les excentriques « Front-Load The Fun » et « Yeah You, Person » qui suivent. A travers cette flopée d’influences bien foutraques bien deerhoofiennes, il fait parler son ras-le-bol face à un monde totalement en perdition.

We Sang, Therefore We Are montre ainsi sa plume sarcastique et cynique qui fait terriblement écho notamment lors des écoutes de « Rip The Atmosphere From The Wind » rappelant du Brian Wilson sous acides ou encore des productions volontairement foutraques de « Blame Yourself » et de « Instead of Queen ». Greg Saunier n’est jamais avare en termes de créativité sur ce premier album solo fortement intense et surprenant du début à la fin avec également « Not for Mating, Not for Pleasure, Not for Territory » et la conclusion funky nommée « Playing Tunes of Victory on the Instruments of Our Defeat » se muant petit à petit en symphonie instrumentale orgasmique conviant le Lincoln Center. Vous l’avez compris, l’esprit de Deerhoof ne mourra pas et ça fait rudement plaisir.

Note: 8/10