Dehd – Poetry

Une chose est sûre, c’est que Dehd réussit à maintenir un rythme d’un album tous les deux ans tout en se faisant une place confortable sur la scène indie de Chicago. On avait laissé notre trio adoré avec un Blue Skies de très bonne qualité au printemps 2022 (chroniqué ici) montrant l’incroyable alchimie entre les trois musiciens. Allons savoir ce qu’ils nous ont réservé avec leur cinquième album qui se nomme Poetry.

Jason Balla (chant, guitare), Emily Kampf (chant, basse) et Eric McGrady (batterie) retroussent leurs manches dès le départ avec un « Dog Days » annonçant la couleur avec le tandem Kampf/Balla faisant une fois de plus un malheur (“Everyone I know is breaking hearts tonight / Everyone I know is bleeding, but I know we’ll be alright », chantent-iels à l’unisson). Beaucoup plus affûtés musicalement grâce à l’aide de Ziyad Asrar (Whitney) aux manettes, Dehd redouble d’ambitions leur permettant de briller chacun de leur côté que ce soit sur « Hard To Love » parlant des relations à sens unique ou encore sur les lourdes distorsions de « Mood Ring » toujours aussi efficaces en diable.

Poetry est l’occasion pour le trio de Chicago d’affiner un peu plus leur songwriting centré sur leurs amours impossibles. Dehd brille une fois de plus lors des écoutes des morceaux aiguisés à l’image de « Necklace » et « Light On » interprétés par Jason Balla ou bien également de « Pure Love » aux allures Americana dignes de Beck période Mellow Gold et de « So Good » où Emily Kampf prend les devants. Elle veut également en découdre avec le patriarcat sur le plus incisif « Knife » mené au MIDI avec son pamphlet qui résonnera pendant longtemps (“I’m so sick of men telling me how to be / It’s a matter of time and I’ll be free, you’re outdated, you mean nothing”, chante-t-elle). Le duo brille également sur « Alien » et « Shake » aussi bien harmonieux que hargneux car on sent qu’ils sont sur la longueur d’ondes pour un résultat plus que bluffant.

Après un « Forget » en guise de conclusion percutante, Poetry reste un énième coup d’éclat de la part de Dehd. Le trio de Chicago revient plus soudé que jamais tout en cicatrisant leurs problèmes de cœur afin de briller de plus belle avec une musique plus aiguisée que jamais.

Note: 8.5/10