Villagers – That Golden Time

Je pense sincèrement que Villagers met tout le monde d’accord avec sa discographie toujours aussi impeccable. Le projet musical mené par le toujours aussi incroyable Conor O’Brien a atteint des nouveaux sommets avec leur précédent chef-d’œuvre qui se nomme Fever Dreams paru à l’été 2021 (chroniqué ici) qui fut salué par les fans et la presse. De l’eau a coulé sous les ponts et l’heure est venue pour lui de frapper plus fort avec son successeur nommé That Golden Time.

On avait hâte de savoir ce que Villagers allait nous proposer pour ce nouveau périple musical. Il suffit d’appuyer sur la touche Play et de se laisser emporter par la douce mélodie de l’épuré « Truly Alone » annonçant la couleur pour ce That Golden Time revenant aux bases de la pop-folk plus classique et moins axée sur les arrangements grandiloquents. Conor O’Brien n’a ainsi rien perdu de ses qualités mélodiques et de cette facilité à nous émouvoir à chaque note tout comme « I Want What I Don’t Need » ou encore les allures jazzy de « You Lucky One » aux arrangements de cordes somptueuses et au crescendo maîtrisé à la perfection.

That Golden Time permet également de mettre en avant le songwriting toujours aussi impeccable de Villagers. Contemplant aussi bien l’ombre que la lumière à travers des compositions aux textures vaporeuses telles que le morceau-titre au chant légèrement autotuné ou encore « Brother Hen », il saura également prendre de nouvelles proportions avec « No Drama » définitivement intense. Jamais avare en expérimentations sur « Keepsake » mais aussi sur « No Drama » débutant avec cette ambiance de piano lounge prenant de l’ampleur au fur et à mesure avant de se muer vers une ambiance plus jazz glitchy, ce nouvel album de Villagers reste remarquable par ce lot d’émotions qui se ressent à chaque écoute. Un nouveau coup de maître pour notre Conor O’Brien qui reste un des compositeurs les plus talentueux de sa génération.

Note: 9/10