Travis – Everything At Once

500x500-000000-80-0-0 (2)

Avec leur septième album Where You Stand en 2013, Travis n’a peut-être pas retrouvé le succès d’antan mais renaît de ses cendres artistiquement parlant. Le groupe britpop écossais a plus de 20 ans de carrière et est devenu attachant au fil de leurs sorties. Fran Healy et ses acolytes remettent la machine en marche et viennent signer un huitième album nommé Everything At Once.

Le premier titre « What Will Come » pose les bases d’une britpop immédiate et mélodique avec la voix de Fran Healy qui ne prend pas une ride (malgré sa barbe blanche à la Dumbledore) tout comme l’hymne enjoué de « Magnificent Time » (et son clip kitsch digne du quatuor écossais) qui vous file le « smile » dès les premières notes. Fran Healy aurait déclaré au sujet d’Everything At Once que c’est un disque de pure joie où le groupe a appris à être économes dans leur écriture et de dire tout ce qu’ils ont envie de dire. Cette optimisme et cette fraîcheur rappelle un peu aux débuts du groupe, l’époque de Good Feeling en 1997, avec des titres plus rock comme « Radio Song » ou « Everything At Once ».

Si la pop de Travis s’avère être joyeuse, elle n’oublie pas cependant sa douce mélancolie qui peut faire grincer des dents par moments. La preuve avec l’insupportable et lourdingue « Paralysed » et le tire-larmes « Animals » qui ne parvient pas à déclencher l’émotion avec ses cordes quelque peu clichés et la voix de Fran Healy où l’on aurait juré entendre du Bono par moments. Mais bon, les Ecossais se rattrapent avec des morceaux simples et efficaces comme « 3 Miles High » avec les chœurs de la chanteuse Norvégienne Aurora, « All Of The Places » ainsi que le duo avec Josephine Oniyama nommé « Idlewild ». Et puis il y a bien sûr la fameuse fin d’album digne de Travis avec un « Strangers On A Train » qui termine ce Everything At Once sur une note magistrale.

Au risque de me répéter, Travis ne retrouvera peut-être pas le succès de The Man Who (1999) ou de The Invisible Band (2001). Moins envoûtant que Where You Stand, Everything At Once se situe dans la moyenne de la discographie du groupe écossais avec une poignée de chansons efficaces et optimistes. Mais jamais on aura vu le quatuor rempli de joie et de bonne humeur car c’est ce genre de détails qui les rend attachant malgré tout.

Note: 7/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s