PILL – Convenience

MEX214-Cover-ThumbnailQuand je vous disais que Brooklyn est la place où de nouveaux groupes se forment, je ne plaisantais pas. Et cette année, je vous présente donc PILL. C’est un quatuor composé de Veronica Torres, Andrew Spalding, Benjamin Jaffe et Jonathan Campolo flirtant entre post-punk, art-punk et no-wave. Après deux EPs publiés l’année dernière et une signature sur le prestigieux label Mexican Summer (ils étaient signés sur le label Dull Tools, créé par Andrew Savage de Parquet Courts), il est temps pour nos new-yorkais de faire ses preuves avec Convenience, leur premier album officiel.

Après « 60 Sec. » de cris et de hululements lancés par Veronica Torres sous fond de distorsions de guitare bien bruyants, PILL envoie la sauce avec des titres aussi bien costauds qu’hypnotiques comme « Which Is True ? », « My Rights » et « Fetish Queen ». La recette fétiche du quatuor, c’est un chant habité flirtant avec le spoken-word de Torres, des riffs de guitare stridents, une section rythmique bien catchy sans oublier bien sur son saxophone malsain et ça fait son effet sur l’instrumental inquiétant et quelque peu bordélique de « Sex With Santa ».

Il est difficile de ne pas écouter ce Convenience sans faire ce malheureux jeu du « devine les principales influences du groupe ». Il est vrai que l’on entend du Sleater-Kinney sur le noisy « 100% Cute » et « Vagabond », du Sonic Youth sur le hanté « Dead Boys », du surf-rock sur l’entêtant « Medicine », du free-jazz sur « Love & Other Liquids » ou se lance dans un trip expérimental comme en témoigne le titre minimaliste « J-E-N-O-V-A » faisant froid dans le dos. Mais ce qui fait aussi la force de Convenience, ce sont les textes engagés et politiques de Veronica Torres et n’hésite pas à toucher un mot sur le harcèlement sexuel (l’étonnante pause acoustique de « Speaking Up »), les critiques gouvernementales (« My Rights ») mais également des hymnes féministes (« Fetish Queen »), le tout avec une bonne pointe d’humour noir.

Pour une première entrée en matière, c’est une sacrée entière en matière, je vous le confirme. Convenience prouve que PILL sait toucher différents genres musicaux (post-punk, surf-rock, noise, free-jazz, etc…) pour en faire un cocktail explosif. Assurément un des nouveaux groupes de punk new-yorkais les plus originaux du moment et ce sans prescription.

Note: 8.5/10

Retrouvez PILL sur Facebook / Site / Bandcamp

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s