Ladybug and The Wolf – Mammatus

1477202681_ladybug-and-the-wolf-mammatus-2016

Que celui ou celle qui n’a jamais entendu parler de Ladybug and The Wolf doit se mettre à la page le plus rapidement possible. Car le couple indie folk stéphanois trace sa route sereinement après deux EPs de bonne qualité – To Raise A Miniature Garden en 2013 et Familiar Games en 2015 – et fait entendre parler de lui chaque jour qui passe. En octobre dernier, Paloma Huon (chant, guitare, piano, percussions, xylophone) et Kevin Fauchet (guitare, claviers, chœurs) ont enfin sorti leur premier album Mammatus suivant la lignée artistique de leurs EPs précédents.

Dès les notes de guitare pincées de « Stung By The Moon », nous voilà embarqués dans un univers en noir et blanc où on se laisse bercer par la voix soyeuse de Paloma et les ambiances mélancoliques qui se prolongent avec « Have A Bite On Me » et « Insects Burn » chanté en duo. Et quand ce n’est pas la guitare acoustique qui est mise en avant, c’est le piano qui se charge d’habiller la composition mélancolique de « Dying Eyes » par exemple.

Mais tout n’est pas que folk mélancolique dans Mammatus non plus. Ladybug and The Wolf vient chercher des sonorités venues d’ailleurs comme la synthpop nous ramenant 3 décennies en arrière avec « What Does It Mean » (et son refrain à base de « Je ne t’aime pas »), le swing-folk de « Cut Your Feet Off » ou encore les saveurs country de « Little Old Man » où je suis surpris d’avoir entendu un « pussy » balancé l’air de rien par nos deux compagnons. Si Paloma nous fait frissonner pour ses prouesses vocales, il ne faut pas sous-estimer sa moitié qui nous convainc à 100 % sur son titre solo lancinant de « Drunk ». Comme quoi, le couple amoureux (dans la vraie vie) fait vraiment la paire.

Après avoir affronté les abus et les conséquences amères qui s’en suivent, l’heure est venue pour la rupture pour Ladybug and The Wolf. Attention, je ne parle pas du groupe mais au niveau des textes sombres de Mammatus tournant autour de ce thème et par conséquent, on a affaire à des compositions mélancoliques mais ô combien magiques. Cela permet de voir un duo en parfaite symbiose pour rajouter un peu plus de mystère autour d’eux.

Note: 7.5/10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s