XIXA – Bloodline

xixasmall

Nota bene: Cette chronique a été rédigée en février/mars 2016 mais n’a jamais été publiée jusque-là. Je l’avais retrouvé dans mes brouillons (sans savoir pourquoi d’ailleurs) parmi tant d’autres et j’ai décidé de la remettre à jour. 

Vous voulez sentir l’air chaud et désertique dans vos oreilles ? Vous rêvez de faire un road-trip de l’Arizona jusqu’au Mexique ? Peut-être que XIXA saura vous combler. Anciennement nommé Chicha Dust, le groupe est originaire de Tucson, avec comme têtes pensantes Brian Lopez et Gabriel Sullivan, et mélange rock psychédélique et cumbia. Vous trouvez ça improbable ? Allez donc écouter le premier album Bloodline et dites-moi si c’est improbable, tiens !

Et très rapidement, on se retrouve dans un environnement à la fois mystique et western avec le premier titre qui ouvre les hostilités où les guitares saturées et les rythmiques lancinantes sont de sortie. Après avoir bien implanté le décor, « Vampiro » et « Killer » se chargent de nous hypnotiser avec les voix rocailleuses des deux bonhommes. C’est parfois illuminé mais qu’importe, XIXA s’amuse comme il peut. Et ils font tellement ce qu’ils veulent qu’ils convient pas mal de guests, à commencer par Iyad Moussa Ben Abderahmane des groupes Imarhan et Tinariwen qui apporte plus d’exotisme qu’à l’accoutumée sur le blues métissé de « World Goes Away ».

Entre saveurs orientales sur le grinçant « Down From The Sky » et tensions palpables sur les très énervés « Pressures of Mankind », Bloodline se savoure comme on savoure un bon verre de tequila. Le fait que le tandem Lopez/Sullivan a officié dans les groupes Calexico et Giant Sand expliquent tout et sont même aptes à les concurrencer en nous offrant un disque épicé où jamais l’intensité ne baisse, surtout lorsque l’on écoute des joyaux comme « Dead Man » et « Nena Linda ». Et si vous n’êtes pas encore convaincus, et bien il y a le dernier morceau « Living On The Line » qui dure 16 minutes qui montre encore tout le bien que l’on pense d’eux.

Les groupes que j’ai cité plus haut ont donc du souci à se faire car Bloodline est un album qui pique comme du tabasco. Nous entraînant dans un univers original et haut en couleur, le groupe de Tucson arrive à mélanger toutes les influences du monde à leur rock psychédélique tonitruant et ça peu de groupes réussissent à faire cet exploit. Ay caramba !

Note: 8/10

Retrouvez XIXA sur SiteFacebook / Twitter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s