Kadhja Bonet – The Visitor

Nota bene: Cette chronique a été rédigée en novembre 2016 mais n’a jamais été publiée. Elle a été mise à jour en mars 2017 et il fallait bien que je la publie celle-là, vu que je n’arrête pas de saigner son disque.

En cet automne 2016, les webzines américains font les yeux doux pour une certaine Kadhja Bonet. Forcément, il y a de quoi être curieux. En se penchant sur son cas, on apprend que c’est une jeune chanteuse et musicienne californienne qui mélange avec brio soul, jazz, folk, bossa-nova et pop psychédélique d’une autre époque. Ce merveilleux patchwork musical quasi-réminiscent des années 1970 s’avère totalement incroyable avec son premier album The Visitor.

Dès l’entrée en matière magistral quasi-cinématographique du nom de « Earth Birth », les dés sont jetés. Nous voilà plongés dans cet univers de blaxploitation à la fois spatiale, onirique et tout bonnement paradisiaque avec le magnifique « Honeycomb » comptant la voix voluptueuse de la Californienne flirtant avec celle de Roberta Flack et de Dusty Springfield. Et on n’est pas au bout de nos surprises car « Fairweather Friend » et « Gramma Honey » sont des monuments rétro qui se dégustent à la petite cuillère grâce à ses splendides arrangements venues d’ailleurs (cordes, guitares, flûtes…) qui iront jusqu’à défier la loi de la stratosphère sur le baroque « Portrait of Tracy » (qui est une composition du légendaire bassiste Jaco Pastorius) et « Nobody Other » où elle nous époustoufle avec son falsetto plus hallucinante que la regrettée Minnie Ripperton. On ne peut pas en dire autant de la conclusion psychédélique de « Francisco » qui sublime un peu plus ce mini-album.

En définitive, The Visitor est tout simplement l’album qu’il vous faut lorsque vous avez envie de planer. Kadhja Bonet a réuni toutes les recettes pour accoucher d’une oeuvre à la fois sensuelle, intemporelle et d’une incroyable sensibilité. Nul doute qu’elle fera parler d’elle en 2017 grâce au soutien du label Fat Possum.

Note: 10/10

Retrouvez Kadhja Bonet sur Facebook / TwitterSoundcloud

Un commentaire sur “Kadhja Bonet – The Visitor

  1. Je suis tombé amoureux d’elle après quelques secondes d' »Honeycomb ». Je l’ai vu il y a quelques semaines à l’Ancienne Belgique (Bruxelles) et c’est tout aussi bien en live ! Et quelle voix ! Je lui trouve d’ailleurs quelque chose de Linda Perhacs, notamment sur Fairweather Friend.
    Belle chronique comme d’habitude.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s