Fyfe – The Space Between

Un de nos albums préférés de l’an 2015 fut signé Fyfe et il était chroniqué ici. L’artiste londonien qui commença sa carrière sous le nom de David’s Lyre a enfin connu la consécration avec ce fameux album Control qui nous a conquis à 200%. Suite à une longue tournée et un EP inédit qui s’en est suivi l’année suivante, reste à savoir ce qu’il va nous réserver pour ce second album nommé The Space Between.

Pour résumer le concept de l’album, c’est un peu: « Au début, on naît et à la fin, on meurt. Et entre les deux, il se passe des trucs. Bref, c’est l’histoire de tout ce qui se passe entre les deux. » un peu comme la mini-série culte bref. Mais The Space Between, Paul Dixon explique que c’est plus profond que ça: « Ces fleurs illustrent parfaitement l’album: l’idée qu’il y ait autant de beauté dans la maladie, de décrépitude et la mort, que dans la vie. Ces fleurs sont mortes, mais avec le bon angle de vue elles sont assez élégantes pour être accrochées dans une galerie d’art. » Ainsi, on se laisse emporter par les instrumentations légères et majestueuses de « Cold Air » qui plante parfaitement l’ambiance générale de l’opus à la fois paisible et poétique. Il est suivi de près par « Love You More » où l’on retrouve la patte Fyfe qui a fait son succès avec sa rythmique saccadée et son piano hypnotique.

Mais The Space Between n’est pas la suite logique de Control. En effet, les arrangements sont beaucoup mis en valeur sur cet opus, à en témoigner le duo avec Kimbra sur « Belong », les intonations psychédéliques de « Closer » ainsi que le très reposant « Relax » montrant un Londonien restant sensible à son art. Pourtant, la seconde partie de l’album s’avérera plus sombre et plus personnelle avec « Rosa » qui est un hommage à sa nièce ainsi le très introspectif et aérien « Fault Lines » et c’est là où l’on plonge dans la psychologie de l’artiste. L’apothéose sera atteint avec la dernière ballade de clôture nommée « Closing Time » où encore une fois, il se met à nu devant pour un final des plus émouvants.

Même si il ne placera pas la barre très haute par rapport à son premier album plus que parfait, The Space Between permettra de plonger dans le jardin secret de Fyfe qui se montre sincère et poignant. Le londonien expose sa thérapie à travers les épreuves marquées par les décès auprès de son entourage et par d’énormes remises en question. Bref, entre la vie et la mort, il se passe énormément de trucs et Paul Dixon en est témoin.

Note: 7/10

https://open.spotify.com/embed?uri=spotify:album:2cGglm9PcjMP8NJi5OdOmC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s